Home»A la une»104e édition du gamou de Mbeuleukhé : Serigne Habib Dia appelle les Sénégalais à l’unité

104e édition du gamou de Mbeuleukhé : Serigne Habib Dia appelle les Sénégalais à l’unité

0
Shares
Pinterest Google+

La 104e édition du gamou annuel de Mbeuleukhé a vécu ce samedi 11 janvier 2020.Au détour de la cérémonie officielle qui a regroupé autorités politiques et celles religieuses, Habib Dia, le fils de l’actuel khalife de la famille d’El hadj Moussa Dia a tiré le bilan du gamou de la famille El hadj Daouda Dia qui draine des milliers de fidèles venus des quatre coins du pays et de la diaspora .Serigne Habib Dia ibn El hadj Moussa Dia a apprécié le dialogue national instauré par le président de la République qui l’a confié à l’ancien ministre  Famara Ibrahima Sagna .Il  a appelé les sénégalais  à l’union des cœurs et des esprits pour préserver la cohésion nationale.

Pour Serigne Habib Dia « le dialogue lancé par le président de la République Macky Sall doit être l’affaire de tous car Dieu a toujours recommandé aux musulmans de dialoguer pour vivre en parfaite harmonie. Je lance un appel à la classe politique  et la société civile a y prendre part pour arrondir les angles et installer une paix durable».

Le programme zéro déchet lancé par le président de la République dont la cérémonie de lancement a été faite le samedi 02 janvier 2020  dans son quartier à Mermoz, n’a pas laissé indifférent Serigne Habib Dia. Pour l’autorité spirituelle, la propreté  fait partie des recommandations divines car elle permet de lutter contre les maladies causées généralement par la saleté. La propreté doit être sentie dans les bureaux, dans les lieux de travail …».

En présence des représentants du khalife général des mourides Serigne Kosso Mbacké et Sokhna Baaly Mountakha Mbacké ibn Serigne Sohinbou  Mbacké et ceux du khalife général des tidianes Serigne Moustapha Sy et Serigne Doudou Sy et des représentants des deux parrains à savoir Serigne Cheikh Asta Niang et El hadj Malick Diao dit Ndiogou, Serigne Habib Dia s’est fait l’avocat des populations de  Mboynane qui ont besoin d’une maternité pour soulager les femmes qui accouchent dans des conditions précaires et celles de Gassé qui vivent toujours à l’ère des bougies faute d’électricité.

Les deux gamous célébrés à Mbeuleukhé gênent visiblement les talibés d’El hadj Daouda Dia. Il est temps que les grandes familles religieuses prennent à bras le corps le différend familial aux relents crypto-personnels.

Correspondance