Home»A la une»Affaires Khalifa Sall, Karim Wade, et arrêté Ousmane Ngom : La Raddho exhibe ses positions

Affaires Khalifa Sall, Karim Wade, et arrêté Ousmane Ngom : La Raddho exhibe ses positions

0
Shares
Pinterest Google+

La Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) s’invite dans le combat pour le retrait de l’arrêté Ousmane Ngom. En conférence de presse ce vendredi, l’organisation a fait dans la menace. «Nous allons privilégier la voie de la sagesse, discuter avec les autorités pour le retrait de l’arrêté Ousmane Ngom ; mais, si cela perdure, nous envisageons d’attaquer l’arrêté devant la chambre administrative de la Cour suprême en collaboration avec d’autres organisations», a déclaré le secrétaire général par intérim de la Raddho, Sadir Niass.

L’organisation de défense des droits de l’homme s’est également étonnée de la position de la Cour suprême qui «plonge davantage l’opinion publique dans le flou». «Si Karim Wade jouit encore de ses droits civiques et politiques, l’autorité a-t-elle le radier automatiquement des listes électorales en vertu des articles L31 et L32 du Code électoral sans qu’aucune juridiction ne soit prononcée ?», s’interroge M. Niass.

Durant la rencontre, la révocation du maire de Dakar a également été à l’ordre du jour. Selon la Raddho, une suspension de Khalifa Sall aurait suffi, le temps de terminer la procédure.

«Le président de  la République aurait dû attendre que le concerné et ses co-accusés reçoivent l’arrêt de la Cour d’appel qui n’est pas encore disponible», a-t-il regretté.

La Raddho a annoncé qu’elle prépare son congrès pour le renouvellement de ses instances les 29 et 30 septembre 2018. Depuis le décès de Aboubakry Mbodje en janvier 2017, le poste de secrétaire général est resté vacant.