Home»A la une»Après le départ de Oumar Sarr et Cie : Farba Senghor affiche ses ambitions de récupérer le Pds

Après le départ de Oumar Sarr et Cie : Farba Senghor affiche ses ambitions de récupérer le Pds

0
Shares
Pinterest Google+

Même exclu du Parti démocratique sénégalais (Pds), Farba Senghor ne désespère pas de le récupérer.  Tout en dénonçant le comportement de Moustapha Cissé Lô, l’ancien chargé de l’organisation et de la propagande de la formation libérale croit dur comme fer qu’avec le départ de Oumar Sarr et Cie associé à l’exil de Karim Wade et de l’âge avancé de Me Wade, le Pds va lui tomber entre les mains. Pourvu que Dieu nous prête longue vie.  

 Que vous inspirent les insultes de Moustaha Cissé Lô ?  

Moustapha Cissé Lô est coupable sur toute la ligne parce que la société sénégalaise accepte très mal les injures, les dénigrements et surtout la manière dont cela a été dit et relaté. Je pense que personne ne peut soutenir Moustapha Cissé Lô dans ce cas. Même s’il y avait une part de vérité, elle est totalement effacée et engloutie par la gravité des injures proférées. C’est même une atteinte aux mœurs des Sénégalais car ils n’admettent pas de telles injures. Mais, nous devons aussi reconnaitre que ceux qui ont diffusé ces audios sont autant fautifs que Cissé Lô. Sur le plan politique, il a porté atteinte à l’image de son parti et de toutes les personnalités. Parce que tous ceux qui ont entendu ces injures ont mis tout le monde dans le même sac. Le fait d’appartenir un parti, d’être parmi les premiers combattants ne peut pas conférer à un militant le droit de saper ni le moral ni la respectabilité des personnalités et de son parti. C’est donc une faute lourde. Je le connais très bien parce qu’Abdoulaye Wade l’a reçu pour la première fois en ma présence. Par la suite, nous avons tissé des bonnes relations. C’est moi-même qui l’ai mis en rapport avec le président Macky Sall pour la première fois. Ils ne se connaissaient pas. C’est lors d’un voyage du Macky Sall en tant que Premier ministre, de retour d’Afrique du sud à l’aéroport Léopold Sédar Senghor que je les ai mis en rapport en demandant à Macky Sall de se retirer pour le recevoir. Donc je le connais très bien. Mais, je déplore vraiment la manière dont il s’est comporté.

Avez-vous des nouvelles de Me Abdoulaye Wade ?  

Je n’ai plus aucune nouvelle du président Abdoulaye Wade. Nous n’avons plus aucune relation depuis que j’ai été exclu du parti. Parce que quand il est revenu au Sénégal alors que j’étais exclu, il n’a pas daigné nous entendre. Alors, pour des raisons de dignité, je suis resté dans mon coin.

Pensez-vous retourner un jour au Pds ?

Pape Samba Mboup et moi pensons qu’un jour le Pds pourrait tomber entre nos mains. Nous sommes l’incarnation du PDS. Abdoulaye Wade, lui-même, me disait que le Pds, c’est moi, que personne ne peut me sortir du Pds. Je crois que la voie est déjà tracée sur les idées, la revendication de la philosophie, de la doctrine, du compagnonnage et de l’œuvre que nous avons accomplie ensemble. Je crois que s’il y a un héritage à prendre, Pape Samba Mboup et moi sommes les plus appropriées à le capter. Je pense que nous n’en sommes pas loin parce que Me Abdoulaye Wade prend de l’âge. A un moment, il ne sera plus en mesure de jouer un rôle important. Son fils, Karim Wade, est hors du Sénégal ; il a été exilé volontairement ou involontairement. Il ne peut plus revenir. Il a perdu ses droits civiques et politiques. Donc, il est out. Les Oumar Sarr et Cie qui étaient avec Karim, et qui nous nous combattus et exclus du Pds sont partis. Tout le monde sait qu’à un moment donné les militants du Pds s’étaient plaints de l’éloignement de plus en plus important entre le Parti et la direction qu’Oumar Sarr dirigeait. Donc, je pense que les choses deviennent plus claires. Quand les Oumar Sarr et Cie partiront, ceux qui resteront n’auront d’autre référence que Farba Senghor. C’est pourquoi nous sommes optimistes pour l’avenir, que le Pds tombera entre nos mains. Je vous l’assure que les membres du Pds viendront d’eux-mêmes vers nous. Tout ce qu’il faut souhaiter c’est que Dieu nous prête longue vie et la capacité physique, intellectuelle  pour porter l’héritage vers l’avant.

Aujourd’hui, tout le monde constate comme nous que le départ de Sarr et Cie est l’expression de la désagrégation du Pds. Cela veut dire que le Pds n’existe plus. Si tous les anciens, soit ont rejoint le pouvoir, soit sont restés chez eux en devenant inactifs, ou sont allés créer des partis politiques, il ne reste plus que les nouveaux venus. Qui pensaient que Karim Wade, dans sa politique d’écarter les anciens leur donnerait une place. Ces gens-là qui restent et qui se disent Karimistes n’ont aucun lien avec le Pds authentique. Ils ne peuvent pas récupérer le Pds. Les fédérations de l’intérieur du pays ne les connaissent même pas. Cela veut dire que le Pds, en se désagrégeant, va laisser des orphelins qui auront tendance à chercher les représentants authentiques du Pds. D’ailleurs, même pendant le confinement, j’ai reçu beaucoup d’appels de personnes que j’avais perdu de vue. Ils m’ont dit qu’ils n’ont plus de repère au niveau du Pds. Aujourd’hui, Karim et Me Wade sont out et ils ne peuvent pas les avoir. Les Oumar Sarr et Cie qui étaient là et qui les connaissaient sont partis ; donc, ils n’ont plus de repère et ils sont obligés de m’appeler me dire que le fait d’entendre ma voix les rassurait. Donc, ces gens-là, tôt ou tard, viendront vers nous. C’est ça qui est important pour moi ; je reste optimiste que nous récupérerons le Pds.

Source : Le Devoir du 13 juillet 2020