Home»Senface»AU-DELÀ DE KHALIFA SALL 

AU-DELÀ DE KHALIFA SALL 

1
Shares
Pinterest Google+
J’ai été animé, comme la plupart, par un sentiment de colère mais vite refréné, en apprenant la révocation du maire de Dakar.
Je ne suis nullement surpris au fond. Contre Khalifa Sall la messe était dite depuis longtemps. C’est un secret de polichinelle que de dire que la justice, malgré de petites poches de résistance, est aux ordres de l’exécutif. En réalité, toutes les institutions autres que la présidence sont bridées. Il n’y a pas meilleure façon de définir la dictature.
Le président veut annihiler toute velléité de résistance. Même l’Internet n’est pas épargné. Il veut organiser, a-t-il dit, une « veille collective et permanente pour contrecarrer les fausses nouvelles ».
Pourquoi ne s’occupe-t-il pas des fausses nouvelles qu’il distille à longueur d’année? N’avait-il pas dit qu’il ne protégerait personne? N’avait-il pas dit qu’il ferait 5 ans? N’avait-il pas dit que son objectif c’était l’état de droit?
Le danger avec Macky Sall, ce n’est pas seulement qu’il soit psychiquement limité (rappelons-nous de « l’application qui vole » et du « dessert colonial ») et qu’il arbore les habits d’un Néron tropical allant constamment à l’encontre de la légalité (rappelons-nous qu’il avait forcé un bureau de votes afin de voter sans sa carte d’identité), mais c’est surtout le fait qu’il soit arrivé à titiller l’instinct grégaire des communautés ethniques et des confréries par l’instrumentalisation politique éhontée qu’il en fait.
Que notre amie Fatou Samba Sow en arrive à exprimer aujourd’hui, dans un post, sa colère parce qu’on lui a laissé entendre qu’elle doit être du côté de Macky car c’est son parent pulaar, montre le changement de paradigme dans lequel végète le Sénégal. C’est l’un des plus grands torts qu’on aura faits à ce pays qui a pourtant une longue tradition de vivre-ensemble.
Mais heureusement que tout le monde n’est pas tombé dans ce piège des politiciens en quête de pouvoir. Il y a encore beaucoup de lucides qui ne se laissent pas manipuler.
Nous sommes tous gênés de parler de cet instinct grégaire qui va grandissant, tellement cela ne ressemble pas au Sénégal que nous connaissons et aimons. J’ai même appris, le candidat #Sonko en a parlé lors de sa dernière sortie sur SenTV, que des Mauritaniens, liés par cet instinct grégaire, ont été autorisés à voter lors du dernier scrutin au Sénégal. Voilà qui complique les choses dans ce pays!!!
Il est certain – je n’ai aucun doute sur ça – que le pays, tel le Sphinx renaissant de ses cendres, arrivera à surmonter toutes ces épreuves. Mais quelle perte de temps ce sera! Quelle perte d’énergie pour colmater toutes les brèches ouvertes!
Il faudrait évidemment, tous ensemble, sanctionner Macky et ses lieutenants et envoyer un avertissement clair à la classe politique complice.
Macky et ses hommes passeront; le pays, lui, demeurera.
Il nous faut donc choisir l’essentiel contre l’accidentel.
PS: désolé pour les quelques mots durs employés, mais comme disait Mongo Béti, « quand on lutte contre des salopards…on ne peut pas être laxiste ».
Khadim Ndiaye Historien