Home»A la une»Avis et aveux…

Avis et aveux…

3
Shares
Pinterest Google+

Les avis du comité des droits de l’homme, du Groupe de travail de l’Onu,  la position  de la Cour de justice de la Cedeao, respectivement dans les affaires  Karim Wade et Khalifa Sall, jettent le discrédit sur une justice sénégalaise déjà rendue hideuse par des contradictions et des faits piteux. 

Ceux qui se réjouissent de leur caractère  non coercitif, avouent inconsciemment des dysfonctionnements voulus. C’est le cas du ministre de la Justice qui minimise l’impact d’un comité d’experts indépendants dont les décisions sont dénudées de toutes force obligatoire. Il est donc évident que rien ne peut contraindre nos autorités à faire machine arrière dans leurs démarches judiciaires.
 Mais au-delà du juridisme ambiant, la perception négative des uns et des autres, d’ici et d’ailleurs, est dévastatrice pour un pays souvent cité en exemple. Ceux qui exhibent ces « avis » sont aussi conscients qu’ils ne peuvent pas espérer ici et maintenant la réhabilitation de leurs « champions », mais ils pèsent lourd dans la bataille de l’opinion déterminante à l’horizon 2019.
Ces « jugements » peuvent bien être à l’origine de « condamnations » citoyennes  face à une communication gouvernementale qui bat de l’aile et une désorganisation dans la démarche du parti au pouvoir.