Home»A la une»Bruno part mais son travail demeure ! (Mbargou Makhtar LO)

Bruno part mais son travail demeure ! (Mbargou Makhtar LO)

2
Shares
Pinterest Google+

Un 22 octobre 1948 a vu naitre à l’extrême nord du Sénégal, un bébé originaire de l’extrême sud du Sénégal. Ce fait n’est pas anodin car cette étoile traversera aussi toutes les époques des Présidents que le Sénégal ait connues et elle en constitue d’ailleurs le dénominateur commun très apprécié de tous. On peut aussi lire de ce signe, l’unité du Sénégal sans considération aucune pour les ethnies et les terroirs. Oui ! Il était bien venu avec un message que toutes les générations doivent cultiver et transmettre aux suivantes : un Sénégal unique et indivisible. Cet espoir n’a pas déçu puisqu’il est devenu plus tard le modèle de tout un peuple à travers sa rigueur, sa loyauté et sa disponibilité : Bruno Louis Robert DIATTA.

Originaire de Cabrousse, Bruno est le fils d’Edouard DIATTA (1913-1971) qui est un homme politique sénégalais originaire de Basse-Casamance, ancien député et maire d’Oussouye et plusieurs fois Ministre avant l’indépendance. Sa mère Clothilde Joséphine Marie d’Erneville est une mulâtresse de l’ancienne capitale du Sénégal, Saint-Louis, ville où le père de Bruno a servi comme fonctionnaire.

Après de brillantes études au Sénégal et en France, l’énarque fait ses débuts au Ministère des Affaires étrangères auprès du Pr Assane SECK, en ce temps, Chef de la diplomatie sénégalaise, avant de rejoindre le cabinet du Président Senghor pour plus tard être nommé Chef de protocole en 1979 à l’âge de 31 ans. De ce poste, Bruno est resté inamovible et collaborateur proche de tous les présidents du Sénégal jusqu’à sa disparition ce 21 septembre 2018. Quarante ans aux services du Palais, cette longévité à cette station prouve bien les qualités que lui témoigne aujourd’hui bon nombre de gens d’ici et d’ailleurs.

De Bruno, certains retiennent l’homme rigoureux, une de ses connaissances témoigne qu’il faut cependant se méfier de sa douceur apparente. Bien que flegmatique, il est capable de sortir ses griffes lorsque les symboles de la République sont mal considérés. Son âge avancé n’a rien enlevé de sa détermination à bien servir jusqu’à son dernier jour sur terre où il se dit même qu’il était pressenti pour faire partie de la mission que le Président de la République devait effectuer au Mali. Toujours pour illustrer cette qualité d’homme rigoureux, un autre témoin raconte que lors d’un meeting du Parti socialiste à Louga qui devait prendre fin à 18h, Bruno se présenta à 17h50 auprès du Président Abdou DIOUF pour lui annoncer que l’hélicoptère était prêt et le Président Diouf lui dit d’attendre encore, ce que Bruno ne put cautionner en lui annonçant qu’à partir de 18h, il ne pourrait plus assurer sa sécurité. A travers ce passage, nul doute que l’homme pesait vraiment la charge qui reposait sur ses épaules et entendait faire son travail qu’importent les situations qui se présenteraient à lui, une attitude rare de nos jours.

Loyal, l’âme du Palais l’est jusqu’à la cheville et le témoignage du Président Macky SALL en est une parfaite illustration : « Les Présidents passent mais Bruno reste ». Et des surnoms qu’on lui attribue, « M. Secret » lui colle le plus. En effet, après 40 ans de bons et loyaux services auprès de l’autorité suprême, jamais un secret divulgué n’a pu être remonté jusqu’à l’homme. Le Sénégal compte de bons journalistes et même parmi les meilleurs en Afrique, mais rares sont ceux qui peuvent exhiber un entretien que le serviteur des Présidents leur a accordé, si tant et bien qu’il existe même ? Tellement il était conscient de sa position stratégique tampon à la fonction de premier citoyen du pays. Les témoignages de ces administrateurs sont tous unanimes, ils lui ont bien rendu l’ascenseur de par leurs paroles en attendant leurs présences aux obsèques d’envergure nationale. Je me souviens en 2012, après que le Président WADE eut  félicité le Président SALL, le lendemain, la télévision nationale montrait déjà des images où M. Bruno DIATTA était aperçu à Mermoz chez le Président élu et là, c’est bien la preuve qu’il comprenait assurément que les hommes passent mais les institutions demeurent.

Aujourd’hui, tout le monde loue les qualités de ce grand homme, mais jusqu’où sommes-nous prêts à aller pour en faire nôtres ? M. l’Ambassadeur Bruno DIATTA nous a laissé un lourd héritage que sont la rigueur, la loyauté et la disponibilité, qualités intrinsèques d’un travailleur averti et la meilleure manière de lui rendre hommage, c’est d’en faire notre code de conduite.

Adieu Maestro, abaaraka Essamay !

Mbargou Makhtar LO

Mbargou.lo@gmail.com

Ps :  : La dernière  fois que j’ai revu Bruno c’etait dans un hôtel de la place, dans un boubou africain tout en gardant comme toujours son élégance. Bon nombre d’entre nous attendait la publication de ses mémoires mais lui seul savait pourquoi il ne s’était pas prêté à cet exercice.