Home»International»Conférence Ministérielle Italie-Afrique : Le Sénégal représenté par Sidiki Kaba

Conférence Ministérielle Italie-Afrique : Le Sénégal représenté par Sidiki Kaba

0
Shares
Pinterest Google+

Le Ministre des Affaires Etrangères et des Sénégalais de l’Etranger,
S.E. Sidiki Kaba se prépare à partir à Rome où il participera avec
une quarantaine de ses homologues africains à la deuxième Conférence
Ministérielle Italie – Afrique, qui se tiendra à Rome le 25 octobre
2018.

Selon un communiqué, la Conférence représente le cadre de plus haut niveau du
partenariat renouvelé et renforcé entre l’Italie et l’Afrique, lancé
avec la première édition, en mai 2016.
Dans la matinée de lundi 22 Octobre, l’Ambassadeur d’Italie a’ Dakar,
Francesco Paolo Venier, s’est rendu au Ministère pour remettre au
Ministre Kaba la dernière version du programme de la Conférence et
pour s’entretenir brièvement avec le Ministre et son entourage sur les
enjeux de cette rencontre internationale.
Cette 2ème Conférence fournira à nouveau l’occasion d’un échange de
vues entre les Ministres Africains des Affaires Etrangères, les
représentants de haut niveau des grandes organisations internationales
ainsi que les entreprises, les universités et la société civile
italienne, selon les priorités de l’Agenda 2030 des Nations-Unies et
l’Agenda 2063 de l’Union Africaine.
La Conférence sera ouverte par le Président de la République Italienne
Sergio Mattarella et sera clôturée par le Président du Conseil des
Ministres Italien, Giuseppe Conte.
La discussion se développera autour des défis et des opportunités de
la coopération de l’Afrique avec l’Italie. Parmi les sujets à
discuter, la croissance économique, la stabilité politique et la
sécurité, le développement humain.
le texte poursuit que le Ministre Kaba participera comme rapporteur à un des trois panels de discussion de la Conférence, celui centre’ sur les thèmes de la paix
et de la sécurité’ et, notamment, sur la réponse africaine a’ ces
défis a’ niveau local et a’ niveau global.
Le Ministre Kaba aura aussi la possibilité de s’entretenir en réunion
bilatérale avec son homologue italien, Enzo Moavero Milanesi.
La veille de la Conférence, le 24 Octobre, le Ministre visitera avec
ses homologues africains l’exposition « African Metropolis – An
Imaginary City » organisée au Musée MAXXI (Musée de l’Art du XXI
Siècle) de Rome.
Cette visite marque une nouvelle étape des excellentes et historiques
relations bilatérales entre le Sénégal et l’Italie. Elle vaut aussi
comme confirmation du rôle de premier que l’Italie attribue au Sénégal
et a sa diplomatie dans le renforcement de ses liens de collaboration
avec le Continent africain.

Sur la Deuxième Edition de la Conférence Ministérielle Italie-Afrique
Après des années d’expansion économique généralisée et soutenue, les
trajectoires de croissance des Pays africains semblent récemment de
plus en plus diversifiées. La promotion de la diversification
économique, la transition vers des économies de la connaissance et une
intégration croissante dans les chaînes de valeur mondiales sont d’une
importance primordiale pour assurer une croissance durable et
généralisée. Les investissements nationaux et étrangers, en
particulier dans les domaines des infrastructures, de l’énergie, de la
santé et de l’agro-industrie, sont les principaux moteurs de la
croissance économique dans l’ensemble des pays africains. Afin de
favoriser les flux d’investissement, les gouvernements sont appelés à
développer des cadres réglementaires et à générer des climats
d’affaires attrayants pour les investisseurs. Les parcs industriels et
les zones économiques spéciales peuvent contribuer à intensifier
l’industrialisation africaine en attirant des investissements
nationaux et étrangers et peuvent représenter des voies importantes
pour l’industrialisation du continent, conformément à l’Agenda 2063 de
l’UA et à l’Agenda 2030 des Nations Unies pour le développement
durable.
L’Italie, qui dans les dernières années s’est classifiée parmi les
premiers investisseurs en Afrique, vise à renforcer davantage le
partenariat parmi les entreprises italiennes et africaines, notamment
dans les secteurs de l’énergie, de l’agro-industrie, des
infrastructures et de l’économie verte et bleue.
Comme l’a reconnu la présidence italienne du G7 (2017), l’Afrique est
un acteur mondial actif dans les domaines de la paix et de la
sécurité. Sa participation est essentielle pour faire face aux menaces
mondiales liées à la santé, au changement climatique, au terrorisme et
à la criminalité organisée. Au cours de la dernière décennie,
l’Afrique subsaharienne a bénéficié d’une paix et d’une stabilité
accrue, conditions préalables au développement. Les dividendes de la
paix et de la stabilité doivent encore se répandre sur tout le
Continent africain. Assurer la good governance, protéger la primauté
du droit, assurer des transitions politiques équitables, lutter contre
la corruption: ces sont les principaux moteurs de la stabilité.
Les urgences sanitaires et les changements climatiques frappent aussi
dramatiquement la ceinture sub-saharienne. L’Italie s’est
historiquement engagée à promouvoir la paix et la sécurité en Afrique.
Une coopération plus efficace entre l’Italie, l’Europe et l’Afrique
doit être mise en œuvre. Il faut continuer de promouvoir la diplomatie
préventive afin d’encourager le dialogue interethnique et
interreligieux. En même temps, il faut mettre en relief et valoriser
le rôle des femmes ainsi que l’engagement des jeunes générations dans
la politique, afin de contrecarrer la radicalisation.
Avec d’immenses ressources naturelles, l’Afrique est dotée de la
population de jeunes avec le plus haut taux de croissance au niveau
mondial: 60% de sa population a moins de 24 ans. Libérer le potentiel
de ce capital humain unique est décisif pour la stabilité et le
développement durable en l’Afrique et même au-delà du Continent. Le
développement humain, fortement lié à la croissance économique, à la
paix et à la sécurité, a besoin d’une approche intégrée contenant
l’éradication de la pauvreté, la réponse aux émergences climatiques et
sanitaires, avec une attention particulière à l’éducation, le
développement des compétences, le transfert des sciences et des
technologies, la promotion de l’émancipation des jeunes et des femmes.
Les femmes et les hommes africains, jeunes et bien éduqués, doivent
trouver des opportunités de vie précieuses, en premier lieu dans leurs
villes à croissance rapide, qui sont des catalyseurs de croissance si
elles sont correctement gérées (comme il a été souligné dans la
Conférence sur les « Villes d’Afrique » qui s’est déroulé à Rome en
novembre 2017), de même que dans les zones rurales plus modernes, où
l’agriculture et le patrimoine culturel et naturel peuvent être
promus.
Le développement humain en Afrique, aidé aussi par les ressources
fournies par la diaspora, a un double impact positif sur la mobilité
humaine, à la fois en réduisant la pression migratoire qui entraîne le
trafic illicite d’êtres humains et en favorisant l’intégration des
jeunes Africains qualifiés dans l’économie mondiale. L’Italie vise à
supporter le développement humain en Afrique, notamment dans les
secteurs de la science et la recherche, de l’éducation et de la
formation professionnelle. De plus, l’Italie est prête à investir dans
la promotion de l’héritage naturel et culturel africain en fournissant
de nouvelles opportunités pour la création d’emploi et développement.