Home»A la une»Coronavirus : Un rescapé se confie sur sa guérison

Coronavirus : Un rescapé se confie sur sa guérison

0
Shares
Pinterest Google+

Guéri du coronavirus qu’il a contracté lors d’un séjour en France et en Angleterre, le journaliste, Bakary Cissé témoigne de la manière dont il a été traité. A l’en croire, il a bénéficié des effets positifs de la chloroquine. 

<!– wp:paragraph –>
<p><br> <br>«Lorsque je suis arrivé, les médecins ont commencé le traitement symptomatique puisqu’il n’y a pas de vaccin. Comme je suivais les informations, j’ai interpellé le médecin sur la solution proposée par le professeur Raoult. Mais il m’a dit qu’ils n’ont pas encore reçu de directives et en plus, le médicament est devenu rare. C’est quelques jours après qu’ils ont commencé à nous en donner. Comme c’est un médicament très fort, c’est un comprimé par jour qu’on boit. Du coup, j’ai commencé à me sentir bien mieux jusqu’à guérison», a témoigné ce matin, sur Rfm, le rédacteur en chef du journal Record.

Et le journaliste de revenir sur les détails des sensations qu’il a eues quand la maladie s’est manifestée. «C’est 48 heures après mon arrivée au Sénégal que j’ai commencé à sentir des symptômes. Un mercredi, au moment du bouclage du journal,&nbsp; je n’ai plus senti mes pieds. Mais tant bien que mal j’ai tenu pour boucler. Le monteur m’a suggéré d’aller à l’institut Pasteur pour voir si les signes ne sont pas ceux du coronavirus. En rentrant, j’avais l’habitude d’allumer la climatisation de mon véhicule, mais ce jour-là,&nbsp;je ne l’ai pas fait. J’avais une fièvre, je toussais et éternuais constamment. Une fois chez moi, ma femme a constaté les symptômes. Je me suis couché jusqu’à 4 heures du matin, et en me retournant, je l’ai surprise en train de veiller sur moi. Je me sentais au plus mal et souhaitais aller en structure hospitalière. Ma femme m’a dit que les autorités ont suggéré de rester chez soi et d’appeler en pareil cas. L’équipe médicale viendra vous chercher si c’est avéré que c’est le Covid-19 après une liaison téléphonique avec les autorités sanitaires…»