Home»A la une»Du respect de la loi électorale par la SEN TV (Par Adama SADIO ADO)

Du respect de la loi électorale par la SEN TV (Par Adama SADIO ADO)

0
Shares
Pinterest Google+

Bougane GUEYE Dany et Mame Mbaye NIANG, deux intrus dans le journal de la campagne de la Sen TV. Cette intrusion bafoue les principes sacro-saints du journalisme et viole systématiquement la loi électorale. Le silence du CNRA à cet effet est-il un symptôme de la régression de plus de cet organe de régulation?

Pourtant le 10 mars 2012, entre les deux tours de la présidentielle, le CNRA a mis en demeure la TFM pour avoir diffusé une émission ayant comme invité Youssou Ndour, qui a profité du temps d’antenne pour mener campagne en faveur du candidat Macky SALL en l’absence d’un représentant du candidat sortant Abdoulaye WADE. En 2019, le comportement de la SEN TV est pire et doit interpeller tous les professionnels des média, les observateurs électoraux et les démocrates.

En dehors du temps d’antenne qu’il s’octroie quotidiennement, des éléments de campagne de Bougane sont diffusés dans le « journal de la campagne » de sa télé, SEN TV, alors qu’il n’est pas candidat. Le ministre Mame Mbaye NIANG est l’autre intrus du « journal de la campagne ». Mame Mbaye NIANG devrait bien ACHETER son temps d’antenne en violation du Code électoral. L’article LO.63 du Code électoral stipule « Pendant la campagne électorale, sont interdites : 1) l’utilisation à des fins de propagande électorale de tout procédé de publicité commerciale par la voie de la presse, de la radio diffusion et de la télévision ; 2) l’utilisation des biens ou moyens publics aux fins de cette campagne sous peine de sanctions pénales prévues par le présent Code (…)».

A cela s’ajoute les invités dans le « journal de la campagne » de SEN TV qui, apparemment, sont, minutieusement, sélectionnés, dans un dessein purement communicationnel. Les candidats Madické NIANG, Issa SALL et Ousmane SONKO (dans une moindre mesure) sont largement victimes de ce traitement. Où est le CNRA? Le Code électoral en son article 125 stipule «L’organe en charge de la régulation des médias assure l’égalité entre les candidats dans l’utilisation du temps d’antenne ; il intervient, le cas échéant, auprès des autorités compétentes pour que soient prises toutes mesures susceptibles d’assurer cette égalité nonobstant les sanctions prévues par Les textes régissant l’organe de régulation ». La problématique du respect des cahiers de charge par les média aussi bien publics que privées ainsi que le pouvoir de l’autorité de régulation à faire respecter la loi en période électorale est plus que jamais d’acuité. La démocratie n’est pas un mot, mais un comportement.

Par Adama SADIO ADO