Home»A la une»« Elimination » de Khalifa Sall : « désaccords » au sein du Conseil constitutionnel

« Elimination » de Khalifa Sall : « désaccords » au sein du Conseil constitutionnel

0
Shares
Pinterest Google+

Sur la polémique judiciaire sur la publication provisoire de la liste des candidats à la Présidentielle du 24 février prochain, le conseiller politique de Khalifa Sall révèle des désaccords entre membres du Conseil constitutionnel. Selon Moussa Taye, qui était l’invité de « Rfm matin », les sept juges ont eu des difficultés entre eux et ont peiné à s’entendre sur quelle décision à prendre sur Khalifa Sall.

«Nous avons tendu parler de désaccord ou de malentendus entre membres du Conseil constitutionnel ; c’est même d’ailleurs ce qui a fait que les membres du Conseil constitutionnel ont passé toute la nuit dans leurs locaux afin de délibérer. La décision a été rendue de manière laborieuse », a soutenu Moussa Taye, notant que dans les prochains jours, peut-être, cela se confirmera.

Selon lui, cela est compréhensible si l’on sait que les considérants qui ont été retenus sont en porte-à-faux avec le droit. «Le Conseil constitutionnel est un juge électoral. Il doit apprécier la qualité des dossiers déposés en fonction de la loi électorale. Il doit juger sur pièce et sur place. Le dossier de Khalifa Sall, déposé au Conseil constitutionnel est valable…. », a expliqué Moussa Taye, soulignant qu’il est clair que le rabat d’arrêt a un caractère suspensif. Mieux, Taye indique que dans le cas de Khalifa Sall aucun juge n’a dit qu’il ne jouissait pas de ses droits civiques et politiques. Pour Taye, le Conseil constitutionnel ne peut pas dépasser ses compétences….

Source : Media28