Home»A la une»Gouvernement : Ne tirez pas sur le pianiste Amadou Bâ (Par Pathé MBODJE)

Gouvernement : Ne tirez pas sur le pianiste Amadou Bâ (Par Pathé MBODJE)

0
Shares
Pinterest Google+

Amadou Bâ ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur est la cible incongrue d’une certaine presse qui semble en déphasage avec la décision prise. Sauf  si…

Un casting du seul ressort du président Macky Sall donne lieu depuis le 6 avril dernier à des commentaires plus ou moins irrespectueux, principalement à l’encontre de deux ministres jetés en pâture à la vindicte d’une presse complaisante et d’une opinion demandant le bûcher pour l’autre ; en contestant le choix du chef de l’État, une certaine partie de l’opinion se console en demandant que le ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur soit dépouillé de la majorité de ses attributs et que le directeur du Coud soit traduit en justice, bien qu’aucun organe n’ait été agité en la circonstance.

Certes, en ramenant le bicéphalisme à la tête de certains ministères, Macky Sall semble vouloir utiliser certains hommes au rabais, qui ont pourtant engrangé des résultats sociaux appréciables au rabais :  les douloureuses expériences de 2014 aux Affaires étrangères, à la Communication et à l’Hydraulique, avec ses secrétaires d’État avaient conduit  à plus de sagesse ; mais le président de la République ouvre la boite de pandore par ce biais et pave ainsi la voie aux fake news et à la désinformation. Il en est ainsi de choux gras qui réduisent Amadou Bâ à sa plus simple expression en lui enlevant la Direction de l’Administration générale et de l’Équipement, évoquant au passage les passeports diplomatiques sur la délivrance desquels Macky va légiférer, avant même que ne s’installe le nouveau ministre…félicité par le Fonds monétaire international le jour même de sa passation de service.

Amadou Bâ s’est en effet montré d’une compétence telle que ses pairs l’ont élu meilleur banquier de l’Afrique de l’Ouest en mai 2017, trois ans à peine après son arrivée au ministère de l’Économie, des Finances et du Plan. C’était lors de la  11ème cérémonie des African Banker Awards, tenue en marge des Assemblées annuelles de la Banque africaine de développement (BAD) à Ahmedabad, en Inde. Comme justificatif, le jury a félicité et reconnu «le leadership et les compétences de son équipe qui ont permis de redynamiser l’économie du Sénégal, malgré une conjoncture difficile».

Combattu pour son implication politique, principalement dans Dakar hostile au pouvoir depuis 1993 avec Abdou Diouf, Amadou Bâ a aidé à réduire le taux de méfiance de certaines franges de la population envers le président : la majorité a amélioré son score passé à 48 pour cent du scrutin, tout au plus. Et les remerciements au président et à la première dame démontrent que l’homme a les pieds sur terre.

Homme orchestre pour sa technicité et sa diplomatie politique, il est au bon endroit. Il a utilisé le piano à  pour accompagner le chanteur qui a fait danser le candidat président. Ne tirez donc pas sur Amadou Bâ : le contester par voie de presse n’est pas républicain qui consiste à se plaindre du choix du chef de l’État.  Car on ne peut pas avoir été bon dans la tâche et susciter autant de hargne. Sauf si…

Pathé MBODJE, M. Sc,

Journaliste, sociologue