Home»A la une»Imminence des élections locales, surenchères électorales, perte de sang-froid, cannibalisme politique : La machine infernale est mise en branle !

Imminence des élections locales, surenchères électorales, perte de sang-froid, cannibalisme politique : La machine infernale est mise en branle !

0
Shares
Pinterest Google+

Les consultations municipales sont imminentes ! Elles approchent à grands pas ! La course à l’échalote est désormais lancée frénétiquement ! Tous les aspirants en embuscade, déclarés ou encagoulés jusqu’ici, ont subodoré l’odeur du sang qui va couler. Alors Ils perdent le sang-froid, tombent le masque, -malgré la COVID- et sonnent le tocsin contre le maire sortant ! Désormais l’édile est la cible facile à abattre.

Le cor est sonné pour appeler les chiens à la curée ! Des nuées de condors, vautours et urubus, toutes sortes de rapaces charognards viennent tournoyer au-dessus de l’institution municipale, en poussant des ululements lugubres, prêts à s’y fondre et en faire une horrible curée. Pour eux c’est l’heure du retour sur investissement. Tant il est vrai que, de manière intéressée et sournoise, ils ont injecté dans associations, groupements de femmes et Calebasses, toutes leurs économies !

Aujourd’hui, qu’est-ce qu’ils ne sont pas prêts à faire pour ceindre l’écharpe municipale ? Même se damner ? Même commettre un coup de Jarnac ? Pourquoi pas ! Quand la brume s’est dissipée, dans ce grouillement obscur, nous avons été surpris voire choqués, d’y identifier formellement un des nôtres ! La sortie malheureuse d’un responsable politique de Benno Bokk Yaakaar de Colobane, dans un journal de la place, pour descendre en flamme le premier magistrat de la commune et jeter ainsi un discrédit brutal sur l’Institution municipale, est tout simplement déconcertante ! C’est la tristesse et la consternation qui nous ont étreint le cœur quand nous avons lu dans la presse les affabulations honteuses et les attaques crypto-personnelles de ce responsable avec qui nous avons cheminé ensemble, depuis le début du mandat de Macky Sall! Enfin pas tout à fait au début du mandat. Car ce responsable a rejoint l’appareil politique de l’APR, en 2014. Même s’il déclare, avec une outrecuidance sidérante, à qui veut l’entendre, que «Toutes les victoires du président Macky Sall dans cette commune portent ma signature.»

Assurément le fanfaron a la mémoire courte et sélective ! De 2011 jusqu’aux élections locales de 2014, aucun membre de Benno Bokk Yaakaar de la commune de Gueule Tapée Fass Colobane, ne peut honnêtement certifier, qu’il la vue la calvitie de ce responsable politique dans une réunion ou participer à une action politique engagée par notre coalition. Le responsable ou plus précisément la responsable et de l’APR, de Benno Bokk Yaakaar à Colobane d’alors, s’appelait bien Marie Mbodj Gueye. Même si nous ne savons pas par quelle alchimie, elle a été évincée et substituée par ce nouveau responsable, apparemment très pressé d’accéder aux manettes. Le vaniteux amnésique a volontairement oublié la défaite cuisante aux élections locales de 2014.

Il a dirigé la liste majoritaire de Benno lors de ces consultations, il n’est même pas passé conseiller municipal. Par ailleurs la commune de Gueule Tapée Fass Colobane est une des deux communes du Département de Dakar, où le président Macky Sall a perdu le référendum de 2016. Lors des dernières élections présidentielles de 2019, nous avons perdu plusieurs bureaux de vote à Colobane, chasse gardée de l’éminent responsable de Colobane! Alors ces dernières défaites ne portent surtout pas la signature de l’esbroufeur colobaniste, mais plutôt celle des autres responsables de Benno Bokk Yaakaar !

Nous ne reviendrons pas ici sur tous les incidents et péripéties qui ont ponctué la cession précaire, temporaire et révocable de ce fameux terrain contigu au centre social. Le responsable renégat l’a utilisé comme prétexte, pour vider son sac, déverser son fiel répugnant sur le maire qui se trouve être le Coordonnateur communal de Benno Bokk Yaakaar, désigné par Macky Sall himself. « Ousmane Ndoye est un maire fantôme. » ; « Personne n’a senti ce qu’il a fait dans cette commune. » a-t-il dit dans son interview ! Assurément le parjure ne met pas de gants pour brocarder le coordonnateur communal de notre coalition dont il est toujours membre. Alors que ce même responsable, a énuméré dans son interview, ce que le Maire a distribué aux populations durant la crise sanitaire. Quelle contradiction !

Dégoupiller des grenades sociales pour jeter l’opprobre sur l’institution municipale et braquer ainsi les populations contre le Maire, c’est travailler à saper la gouvernance de Macky Sall, c’est en venir au respect et à la loyauté que nous devons tous au Président de notre coalition. En politique la loyauté n’est pas une option, elle est un devoir. Le coordonnateur de Benno, responsable moral de la coalition dans la commune doit impérativement attirer l’attention des dirigeants de la coalition, sur ces dérapages et coups de folies qui portent un lourd préjudice à notre crédibilité. La loyauté ne doit pas se réduire à des déclarations d’intention. Elle doit se traduire dans les actes. Elle interdit les doubles discours et la duplicité des attitudes. Le mandat du maire est encore en cours d’exécution. Le temps n’est pas encore à la compétition, mais au rassemblement sans arrière-pensées. La responsabilité politique exige avant tout du sang-froid, de la maîtrise et de la pondération.

C’est cela notre conception de la loyauté et de la maturité politique. Ce responsable coincé, réactionnaire et populiste a décidé tout seul de hurler au loup. Il a honteusement instrumentalisé des jeunes mal avisés et va-t-en-guerre, qui se sont opposés aveuglément à la cession d’un terrain en friche, où aucun projet n’est prévu dans un avenir immédiat. Les finances du centre de santé sont dans le creux de la vague.  Ce contrat précaire et révocable à tout moment,  aurait pu atténuer considérablement les difficultés financières du centre de santé. Tout au bénéfice des populations qui fréquentent le centre de santé. Mais une aberration mentale qui consiste désormais à voir le mal partout quitte à lui prêter systématiquement des origines complotistes, a fait voler en éclats une opportunité bénéfique aux populations. Rien n’est plus dangereux et répugnant que ce populisme de bas-étage, ce paternalisme racoleur de ces blancs becs politiciens qui s’érigent en bon samaritain ou en Zorro défenseur des populations. Loisible au futur maire que l’esbroufeur de colobane espère devenir quoi qu’il en coute, de détricoter ou de résilier la cession dans la mesure où c’est bien spécifié qu’il s’agit d’un contrat précaire et révocable ! La commune de Gueule Tapée Fass Colobane qui regroupe 3 entités, est une et indivisible. Le législateur a scellé le destin de ces trois entités dans une Loi qui a créé notre commune. Les politiques légalistes, responsables et républicains doivent abonder dans le sens du législateur. Dans l’interview de l’aventurier de Colobane, Il a osé la plus absurde des plaidoiries, pour une seule entité, laissant poindre à l’horizon, le risque d’une fracture communale.

Voici ses propos :« Un comité d’initiatives qui a été mis en place par les habitants de Colobane pour venir en aide au centre de santé. » ; «Les habitants de Colobane ne sentent pas la présence de leur maire. » ; «Comme nous le disons à Colobane, nous souhaitons avoir dans cet espace du centre des activités liés à la santé. » ; « Notre premier objectif, c’est de régler le problème de l’environnement de Colobane. » ; « Parce que nous voulons changer le visage de notre quartier (Colobane) ». Ces propos clivant sont sortis de la bouche d’un prétendant à la mairie de Gueule Tapée Fass colobane. Nous nous permettrons ici, de rétablir les ellipses d’un homme en confusion, dont l’élocution ne peut canaliser la fièvre. A chaque fois qu’il utilise le mot Colobane, c’est la commune de Gueule Tapée Fass Colobane qu’il aurait dû utiliser à la place ! Et si tous les leaders politiques de Fass ou de Gueule Tapée parlaient le même langage que lui ? Et si TOUS s’arcboutaient comme lui dans un repli identitaire en faveur de leur localité ? Tous les républicains qui tiennent à l’indivisibilité et à la cohésion de notre commune doivent surveiller cet aventurier comme du lait sur le feu. En voilà un divorce complet avec le discours de raison, remplacé ici par l’hubris et une apoplexie langagière où l’on se complaît à s’imaginer déjà un destin d’édile de la ville.

Nous reviendrons plus amplement dans un site en construction sur toutes les questions soulevées par le soupirant le plus ardent de notre institution municipale. Ce site mettra en exergue tous les projets et réalisations de la mairie depuis le début de cette mandature. Ce sera un site d’information et d’interactivité avec les populations pour répondre à leurs interrogations légitimes et prendre en charge de manière beaucoup plus efficiente toutes leurs aspirations. L’épouvantable malentendu et les dangereux amalgames que veulent construire des politicards en perte de vitesse, ne passeront plus. Nous ne pouvons manquer de répondre à une seule question du fanfaron de colobane : « Ousmane Ndoye dit avoir également distribué des centaines de bourses, nous aurons aimé savoir à qui il les avait distribuées ? ». A-t-il osé poser cette question ? Un des principaux lieutenants de l’esbroufeur, M. D. bénéficie actuellement d’une subvention de 50% de la mairie, pour une formation au CESAG. Ah la mauvaise foi quand tu nous tiens ! Assurément le ridicule ne tue plus dans ce pays !

Nous ne pouvons pas terminer ce long communiqué de protestation et d’alerte sans vous raconter l’histoire du compagnonnage de deux compères et la trahison sanglante qui s’en est suivie !

Il était une fois Doyen Ensouma le vieux lion et OBODIM AYENDI le volatile charognard. Ces deux-là formaient un redoutable duo de chasseurs. Toutes leurs parties de chasse étaient fructueuses. Tant il est vrai que leurs stratégies de chasse étaient efficientes. OBODIM planait dans la voute céleste et avait une vue panoramique sur toutes les proies potentielles. Ensouma lui prenait les chemins de terre sinueux des forêts pour débusquer toutes les proies potentielles que les végétations touffues des forêts dissimulaient à la vue perçante d’Obodim le jeune vautour chauve et alerte. Et puis un jour le vieux lion tomba gravement malade. Comme tous les matins, au réveil, OBODIM, venait prendre le vieux lion dans sa tanière pour démarrer leurs parties de chasse, ce matin-là tanne le vautour chauve, trouva Ensouma le vieux lion très mal en point, gravement malade, quasiment à l’article de la mort. Alors le vieux lion supplia tanne le calculateur macabre, d’aller chasser tout seul et de lui ramener une partie du butin de chasse afin qu’il puisse se nourrir et regagner ses forces. OBODIM le répugnant opportuniste refusa de partir, prétextant qu’il ne pouvait pas abandonner son vieux compagnon malade et mourant. En réalité, le repoussant volatile avait subodoré l’imminence de la mort du vieux lion et l’odeur de macchabée qui allait lui servir de festin ! Ce cadavre que le volatile chauve attendait impatiemment et appelait de tous ses vœux, était hélas, celui de son vieil ami agonisant. Voilà une dégoutante idée de l’amitié qui suscite à la fois la révulsion horrifiée et une indignation titanesque !

La Cellule de communication

Mairie de Gueule Tapée Fass Colobane