Home»Contributions»La Communauté internationale doit lancer une enquête sur la responsabilité de la Chine liée à la pandémie du COVID-19 (Par Mme Khady Fall Tall)

La Communauté internationale doit lancer une enquête sur la responsabilité de la Chine liée à la pandémie du COVID-19 (Par Mme Khady Fall Tall)

0
Shares
Pinterest Google+

Du jamais vu de mémoire d’homme, ni la 1ère, ni la 2ème guerre mondiale, n’ont autant réussi à installer, au niveau planétaire, un séisme sanitaire d’une telle gravité.

Le COVID-19 en quelques semaines, a transformé le visage du Monde en vidant les rues de ses voitures, piétons, puisque plus d’un milliard de populations sont confinées, écoles fermées, avions au sol, trafic maritime et terrestre limités, frontières fermées, l’humanité est dans une frayeur individuelle et collective, sans rien comprendre d’autre du virus que son caractère insolite et dévastateur.

Les capitales des grandes villes du Monde jamais désemplies depuis la nuit des temps, sont devenues méconnaissables, désertes et tristes, au moment où les hôpitaux sont pris d’assaut et dépassés par les effets du COVID-19 qui frappe sans discernement les populations de la planète de tous âges, de toutes conditions sociales, riches comme pauvres.

C’est sans doute ce qui distingue COVID-19, d’Ebola et du Sida, puisque ces derniers ont plus concerné l’Afrique Noire.

Le bilan d’étape du COVID 19 donne lieu à des millions de malades, et de morts en Asie, en Europe, aux Etats Unis d’Amérique bien plus que n’avait pu imaginer et prédire le Directeur Général de l’OMS et le Secrétaire Général de l’ONU M. Guterres qui brillent par leur silence sur la situation exceptionnellement grave de l’Europe et des Etats Unis d’Amérique.

Quelle est la raison de ce mutisme ?

Pourtant la déclaration de Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus de l’OMS a sonné, auprès des africains, comme un « diagnostic engagé » sur l’Afrique sub-saharienne, alors que rationnellement, cette partie du monde est, à ce jour, moins touchée que les pays occidentaux et la Chine, pays de naissance du COVID-19.

Par conséquent, qu’est-ce qui motive Monsieur TEDROS pour qu’il « invite l’Afrique à se réveiller pour se préparer au pire, c est à dire, à mourir par millions, dès l’arrive du COVID-19 ». Que faut-il comprendre dans cette Déclaration alarmiste sur l’Afrique ?

Eh bien M.TEDROS et GUTERESS, sur quelle planète êtes-vous, pour ne pas voir le désastre humain qui se passe sous vos yeux entre l’Europe et le pays du riche savant Bill Gates qui cherche à « vacciner l’Afrique trop peuplée à ses yeux » ? IL serait pertinent pour lui de s’occuper de la catastrophe sanitaire qui est en train de dévaster son propre pays devenu l’épicentre de la pandémie.

S’il dispose d’un vaccin contre le virus de Wuhan, c’est le lieu d’aller au secours de la Chine, pays de naissance du virus ou la démographie est beaucoup plus galopante que celle de l’Afrique qui semble le préoccuper.

Messieurs les amis du Continent noir, le sort de l’Afrique vous intéresse toujours après 300 ans d’esclavage, 200 ans de colonisation, plus de cinquante ans de néo colonisation de votre part, il s’agit maintenant de récupérer l’Afrique avec ses terres et ses ressources naturelles, et le pétrole sans ses habitants.

Par le vaccin proposé exclusivement à l’Afrique, objet de plusieurs levées de boucliers, Monsieur BILL GATES et ses acolytes de chercheurs sorciers, mus par l’appât du gain, réaliseraient discrètement leur complot ourdi contre l’Afrique.

Mais cela ne passera pas, les Peuples se sont réveillés, sachez-le M. TEDROSS que c’est vous qui dormez en parlant aux africains un langage dépouillé de toute Civilité Diplomatique. Exactement comme M. GATES, vous devez revoir votre copie sur l’Afrique qui a su, jusqu’à ce jour, sans vos actions humanitaires théâtrales, contenir la pandémie dans des proportions raisonnables. Bravo au corps médical de nos pays.

Mesdames et Messieurs, comme vous en avez tous souvenance, pour beaucoup moins que les milliers de morts déplorés à travers le monde par le COVID-19, la fameuse Cour Pénale Internationale s’autosaisit et cherche la lumière sur les faits.

Voici que l’Economie Mondiale est fortement secouée, presque à genoux, l’humanité toute entière est sous le choc et la psychose du virus mortel né à Wuhan, alors même qu’une bonne partie de son territoire et de ses populations (Pékin) sont épargnées, avons-nous appris. Pourquoi le COVID-19 a parcouru des millions de KM et cerné la quasi-totalité de la planète, sans aucune action ne soit entreprise par les Nations Unies ? Il ne s’agit certes pas de génocide, mais jamais le siècle n’a connu une telle tragédie sanitaire, avec beaucoup et autant de malades et de morts.

Ainsi, dans les réseaux sociaux, des voies informelles se lèvent pour s’interroger sur le silence de la Communauté internationale. Qu’attends M. le Dr. TEDROS ADHANOM GHEBREYESUS pour éclairer l’humanité sur les zones d’ombre de ce virus, ne serait-ce que pour justifier sa malheureuse Déclaration sur le sort que le COVID 19 réserve à son propre continent qui est l’Afrique ? Curieusement, l’épicentre de la pandémie, prévu pour l’Afrique, se trouve à présent entre l’Europe et les Etats Unis.

Que faut-il de plus pour que les décideurs du monde s’interrogent sur cette catastrophe de dimension mondiale à savoir le COVID 19, dont nul ne peut déterminer l’horizon temporel de son action dévastatrice ?

Jusqu’à quand l’humanité sera-t-elle dans ce désarroi ?

Chers africains, pour toutes ces équations à plusieurs inconnus qui caractérisent le COVD-19, l’Afrique où les millions de morts sont prévus par le Directeur Général de l’OMS qui était censé s’investir pour la santé des Africains, l’Afrique donc est en droit de réclamer :

1) Une enquête internationale sur le COVID-19 et ses origines en Chine

2) La responsabilité de la Chine sur l’apocalypse provoquée par la pandémie causée par le virus de Wuhan. Nous les peuples du monde attendons cela !

Chers lecteurs, afin de ne pas conforter une bonne partie de la société civile et activistes africains qui ne croient plus aux Institutions internationales et en leurs dirigeants, il urge de repenser la Gouvernance Mondiale selon les nouveaux paradigmes socio-économiques et humanitaires. Il convient, dès après COVID-19, de repenser le nouveau ordre mondial avec un autre type de rapport de force donnant de la place aux valeurs humaines et à la Cause Commune au centre. La gestion des relations internationales doit être réorientée vers l’Homme tel que visées dans la Convention Universelle de Genève ainsi qu’à travers les textes fondamentaux des Nations Unies.

MME KHADY FALL TALL
FEMME LEADER DE LA
SOCIÉTÉ CIVILE AFRICAIN
PRÉSIDENTE DE l’AFAO WAWA