Home»Contributions»Ma lettre ouverte à Aissata Tall Sall (Par Abou Diallo)

Ma lettre ouverte à Aissata Tall Sall (Par Abou Diallo)

0
Shares
Pinterest Google+

Objet : sentence de son procès.

A quel M.. tre se fier ?

À Maître Aissata TALL la Toorodo, chantre de la pudeur et des valeurs de résistance, d’éthique et de principes ?
Ou à celle là qui Mesure de manière calculée le débit, en fonction du type de dossier à plaider.
Autant le Professeur Babacar GUEYE peine à donner un nouveau sens au Rabat d’arrêt, autant je ne sais plus quel modèle transmettre à ces personnes, ces jeunes témoins de l’histoire. Des personnes qui ont été presque dans la vénération et l’adoration, admiratives et sous le charme de ton art oratoire.

Maître, vous êtes coupable.

Maître vous avez tout faux. Même libre de votre choix, Osez dire la vérité.
C’est pas l’unanimité la délégation qui composait les rencontres avec le président. C’est ta belle famille et un affairiste qui était très loin de vous au moment où Wade, idy étaient venus au secours à Podor. Quand ton choix devant ta famille, tes parents et marabouts voulait t’enterrer vivante.
Dites nous autre chose Mme. J’espère que vous comprendrez mon amertume due à ma grande déception. Moi qui suis allé défier vents et marées, te vantant et te vendant dans toutes les concessions et dans toutes les confessions. Eh oui! Croyant au sens de la Noblesse et de la Naissance.
Je m’en arrête là!
Sinon…