Home»A la une»Mackrond et ses Gilets jaunes (Par M. Bamba Ndiaye)

Mackrond et ses Gilets jaunes (Par M. Bamba Ndiaye)

0
Shares
Pinterest Google+

La colonisation explique-t-elle la coïncidence des événements politiques et sociaux se déroulant en France et dans les ex-colonies, notamment le Sénégal ? On se rappelle la simultanéité des « événements de mai 68 » sénégalais et français, qu’on ne saurait cependant analyser comme une simple imitation, puisque la crise de mai 68 a résulté, au Sénégal, de facteurs parfaitement identifiés et endogènes.
Aujourd’hui, une autre crise sociale affecte les deux pays au même moment. Les Brassards rouges qui se sont multipliés au Sénégal ces derniers mois, et notamment dans les zones rurales, évoquent les Gilets jaunes dont la révolte est en train de pousser Jupiter-Macron à descendre sur terre.
Dans les deux pays, la crise financière de l’Etat déclenche la crise sociale en raison du choix politique des gouvernants de la faire payer par les moins riches. Là-bas, c’est une augmentation généralisée des taxes et, ici, le non-respect des engagements financiers pris avec divers secteurs professionnels et sociaux.
Dans les deux pays, les revendications, nombreuses et variées, se dirigent toutes vers un seul homme, le président de la République. Là-bas, on crie « Macron démission ! » tandis qu’ici on menace Macky d’un vote-sanction. Normal, puisque les institutions sénégalaises sont une imitation, mieux un prolongement, de celles françaises qui font du président le roi, sinon le Dieu-Jupiter, d’une monarchie républicaine.
En France comme au Sénégal, le président-roi snobe le peuple et investit tout son espoir sur les policiers et les gendarmes, leurs matraques et leurs grenades lacrymogènes. Mais aussi sur la capacité des médias asservis d’inoculer la confusion dans l’esprit des masses révoltées, par une désinformation et une manipulation systématiques.
Dans les deux pays, la mobilisation des masses déborde les représentations politiques et syndicales traditionnelles en utilisant les réseaux sociaux primaires : des bandes d’amis bloquant ensemble un rond-point ou des villageois marchant derrière leurs marabouts.
Ici comme là-bas, le divorce entre l’Etat représentatif et la société est si net qu’aucun débouché politique valide ne peut être construit sans la convocation d’une Assemblée (ou Conférence) constituante qui serait le cadre d’une renégociation du contrat social, c’est-à-dire en dernière analyse des modalités de répartition de la richesse nationale.
Il demeure que, sur le plan des méthodes de lutte, les Brassards rouges ont beaucoup à apprendre des Gilets jaunes. D’abord, la coordination des actions permettant des manifestations nationales tous les samedis. Ensuite, la manifestation au centre-ville, au plus près des institutions où se prennent les décisions. Enfin, la persévérance et l’endurance face à la répression policière.
Le Premier ministre français aurait dit qu’il « faudrait être sourd pour ne pas entendre la colère des Français ». En fait, ce sont plutôt les Gilets jaunes qui ont manifesté une colère de nature à faire entendre un sourd. Macron commence à entendre parce qu’il a peur de ce qui pourrait advenir samedi prochain. Seule la peur peut ouvrir les oreilles de Mackrond. Avis aux Brassards rouges.

P.S. Gloire et honneur au président Sidi Lamine NIASSE, Pdg du groupe Walfadjri, décédé à Dakar hier mardi. Intellectuel complet, abreuvé aux sources traditionnelle, orientale et occidentale de notre culture, il aura été l’un des phares éclairant la marche de notre peuple vers plus de démocratie, de justice et de progrès. Que sa lumière brille éternellement au Paradis des gens de Bien !

05/12/2018
Mamadou Bamba NDIAYE
Ancien député
Secrétaire général du Mps/Selal