Home»A la une»Mali : un président de bureau de vote tué par des djihadistes présumés

Mali : un président de bureau de vote tué par des djihadistes présumés

0
Shares
Pinterest Google+

Le président d’un bureau de vote encadrant la tenue de l’élection présidentielle malienne a été tué dimanche par balles par des hommes armés au sud-ouest de Tombouctou, dans le nord du pays, ont indiqué à l’AFP des sources sécuritaires et un élu local.

« Des djihadistes sont venus vers 13h30, heures locales, dans un bureau de vote d’Arkodia », une localité située à quelque 100 km au sud-ouest de Tombouctou, dans une zone régulièrement visée par des attaques de groupes islamistes, a indiqué un élu local. « Ils ont demandé à tout le monde de lever les mains. Le président du bureau de vote a voulu fuir. Les djihadistes ont tiré sur lui et l’ont tué », a-t-il ajouté. « Ils ont molesté tout le monde. Ils ont interdit le vote », a-t-il poursuivi.

Quatre assesseurs molestés, le bureau de vote incendié.

Selon de nombreux médias, les groupes djihadistes, chassés en 2013 de cette région par une intervention militaire française, avaient qualifié « d’illusion » cette élection. « Six personnes sont entrées dans le bureau de vote et ont assassiné le président », a confirmé une source proche de la police malienne. « Les quatre assesseurs ont été molestés et le bureau de vote a été brûlé », a précisé le Pool d’observation Citoyenne du Mali (POCIM), qui a déployé sur le terrain plus de 2.000 observateurs.

Du matériel électoral a été également incendié dans le nord du pays. L’AFP précise que dans le village de Kiname, à 120 km de Tombouctou, « des hommes armés sont venus et ont emporté tout le matériel électoral au bord du fleuve et l’ont incendié, avant de repartir ». Le Pool d’observation Citoyenne du Mali (POCIM) a rapporté que le vote n’avait pas pu avoir lieu dans d’autres bureaux de vote du pays en raison de la « menace sécuritaire » mais n’a pas fait état d’autres victimes.