Home»Contributions»Ousmane Sonko et la sortie du FCFA (Par Bara Diouf)

Ousmane Sonko et la sortie du FCFA (Par Bara Diouf)

0
Shares
Pinterest Google+

Le candidat à l’élection présidentielle du 24  Février 2019 Ousmane Sonko a apporté un souffle nouveau à la démocratie sénégalaise par la publication de son livre vision ‘ Solutions’.

Ousmane décline sa vision  d’un projet de renouveau adossé sur les valeurs millénaires de notre cher Sénégal avec comme maitre mot : la souveraineté nationale.

Dans cette veine, Ousmane Sonko, à la page 141 de son livre,  propose une affirmation de notre souveraineté  monétaire : ‘dans le cadre de l’UEMOA, de la CEDEAO ou isolément, nous travaillerons  la reconquête de la souveraineté monétaire avec tous ses attributs’. En termes triviaux, Ousmane Sonko propose la sortie du CFA.

Sortir du CFA n’est plus une question tabou, tant la littérature économique africaine depuis les années soixante  révèle le CFA est un obstacle au développement des pays de la zone franc.

En outre la question de la monnaie n’est pas l’apanage de spécialistes, ni la chasse gardée de super puissance occidentale, elle est par excellence une question politique Il faut se  rappeler que les mots « monnaie » et « loi » ont la même racine en grec ancien.

La sortie du CFA prônée par Ousmane Sonko ne se fera pas de façon précipitée, ni abrupte ni solitaire. Au contraire dans ‘Solutions’ page 145-146, Ousmane esquisse le processus de sortie du CFA : ‘ nous préconisons une sortie du système franc CFA sous sa forme actuelle, mais de manière graduelle avec une transition méritée :

  • Le schéma idéal, auquel nous accordons la priorité par la mobilisation de tous nos efforts diplomatiques, c’est de lancer une monnaie sous régionale dans le cadre de la CEDEAO. Cela suppose une Banque centrale forte sous contrôle démocratique exclusif des Etats, capable de maitriser l’émission monétaire……
  • …….. nous considérons que, tout en continuant à travailler sans relâche à l’atteinte de ce premier objectif, les pays de la zone UEMOA doivent dès à présent maintenir et faire évoluer leur unité monétaire. Il s’agit d’apporter les correctifs au système sans par ailleurs déstabiliser la zone et compromettre les acquis en termes d’harmonisation et de coordination des politiques sectorielles. Les mesures à prendre sont les suivantes :
  • Se départir de la tutelle monétaire de la France en lui retirant ses sièges au Conseil d’administration de la BCEAO
  • Conserver la centralisation des réserves de la zone auprès de de la banque centrale et cesser puis rapatrier les dépôts de 50% de ses réserves auprès du trésor français
  • Exploiter les marges qu’offrent, notamment les stocks de réserves de change n à mettre à disposition de nos Etats, propriétaires de la Banque, dans la limite d’un plancher prudentiel à définir ‘

L’option de sortie du CFA en plus de l’argument de la souveraineté, nous permettra de retrouver le contrôle de notre monnaie une des principales  sources de mobilisation de ressources pour financer notre développement.

Il est donc clair que la proposition de sortie du CFA n’est une posture populiste  pour Ousmane Sonko, ni une naïveté des enjeux de la monnaie.

Pour construire ce Sénégal nouveau, aucune solution n’est envisageable sans le recouvrement de notre souveraineté monétaire.

 

BARA DIOUF

SECRETAIRE NATIONALE DES JEUNES DU MRDS