Home»Politique»Oussouye : Andou Ehemba invite les populations à respecter les consignes contre le Covid-19

Oussouye : Andou Ehemba invite les populations à respecter les consignes contre le Covid-19

0
Shares
Pinterest Google+

«J’invite les populations d’Oussouye à respecter les mesures d’hygiène, à rester la maison pour éviter de s’exposer à la maladie du Covid-19», a lancé lundi 23 mars 2020, le Haut conseiller des collectivités territoriales, Andou Louis-Pascal Ehemba.

Au détour d’une visite qu’il a effectué dans plusieurs sites, il a pu se rendre à l’évidence que le Médecin Chef de District d’Oussouye a mis un dispositif d’alerte qui permet d’identifier les cas suspects. Pour autant, il a déploré l’absence d’un site d’accueil pour la mise en quarantaine des cas suspects ou des cas contacts dans le département d’Oussouye.

Selon M. Ehemba, les autorités locales ont, chacune de son côté, donné une contribution. Toutefois, estime-t-il, «ces efforts doivent être renforcés par les moyens de l’Etat». Il souligne aussi que dans la région de Ziguinchor, les autorités administratives sanitaires comme politiques se sont mobilisées pour barrer la route au COVID 19. Le jeune responsable politique décerne, décerne, une mention spéciale à Abdoulaye Baldé, maire de la commune de Ziguinchor pour les moyens en termes de moyens consentis à la lutte.

Le jeune leader politique a déploré l’acheminement des tests-diagnostics à Dakar à cause du « long temps d’attente ».

Par ailleurs, le Haut conseil des collectivités territoriales, du département d’Oussouye demande, dans le cadre de la lutte contre le covid-19, la décentralisation des moyens. «Je lance un appel pour dire qu’il est temps que les moyens soient décentralisés. Le plan de lutte doit nous permettre de couvrir tout le territoire national afin de protéger tous les citoyens. On sait que le chef de l’État a dégagé d’énormes moyens pour combattre ce virus. Mais les moyens sont mis dans les grands centres alors que certaines zones périphériques sont exposées et ont besoin d’être renforcées. C’est le cas de la région de Ziguinchor qui est frontalière à la Gambie et à la Guinée Bissau. Cette région reçoit beaucoup de visiteurs et compte deux ports et deux aéroports. C’est pourquoi elle mérite une attention particulière. Il ne faut pas attendre que le pire se produise pour réagir», a-t-il fait savoir.