Home»Contributions»Parrainage : Deux Choses Qu’On Ne Vous Dira Jamais

Parrainage : Deux Choses Qu’On Ne Vous Dira Jamais

0
Shares
Pinterest Google+

1-Benno N’En

Mène Pas Large

Contrairement à ce que beaucoup peuvent croire, la coalition au pouvoir a plus de difficulté à faire signer les électeurs en faveur du candidat sortant, non point tant  seulement à cause des problèmes d’argent qui en seraient la cause, que par la concurrence interne et externe : le marché des électeurs ne s’élargit pas aussi vite que celui des sergents recruteurs et les dissensions internes ne favorisent pas l’unité d’action.

Podor par exemple, la concurrence est rude entre les protagonistes du Benno, l’opposition et les frustrations à l’intérieur de la coalition. Ainsi, Cheikh Omar Anne, le maire de Ndioum, fait cavalier seul cependant que Abdoulaye Daouda Diallo, coordonnateur local avec lequel les relations sont exécrables depuis le gamou de Ndianga Edy de la mi-avril,  réunit autour de lui les Moussa Sow de Walaldé et de Mboumba, le Dr Abdou Touré, homme de culture des 72 heures de Ndioum qui se targue de mobiliser les cadres et intellectuels locaux, le dernier venu, autre animateur des journées culturelles de Ndioum, Amadou Kane Diallo, sans compter les flottants comme Racine Sy.

Ils n’ont pas seulement en face d’eux les redoutables Aïssata Tall et autres, mais les frustrés du Benno, au niveau bilatéral (chaque composante intrinsèquement) et multilatéral, l’Alliance pour la République (Apr) du candidat sortant essayant de plus en plus de pousser les autres vers la sortie. Ailleurs, les frustrations d’un maire qui ne se reconnaît pas dans l’équipe de collecte mise en place, qui boude et menace de quitter telle ou telle formation, et la moue de ce président d ‘un parlement communautaire tout aussi irrité que l’édile du  centre du pays et qui fait la bulle.

Comment dès lors capter les 141.132 électeurs de Podor recensés par les sources du ministère de l’Intérieur ?

Il en est de même à Dagana, mutatis mutandis : l’Inspecteur général d’État (Ige) Mouhamadou Makhtar Cissé joue les vierges effarouchées ; Ige, il s’interdit de rentrer dans les rangs malgré le récent forum sur le Walo qu’il a fait organiser et présider par le Premier ministre le 8 septembre dernier.

A coté, il y a le ministre Mankeur Ndiaye, faiseur de roi avec les élus de la zone de Dagana de juillet 2017, lui qui a « coaché » Fatim Sall de Thiagar jusqu’au Parlement,  l’éthérée Anta Sarr Diako se cherchant entre les Sicap, Grand-Yoff où elle ne veut pas gêner Adama Faye et Ouakam de son oncle qu’elle a intégré récemment,   alors que Dagana lui tend les bras où elle intervient en dillettante entre Bokhol et Mbilor….de même que Fatou Sow Sarr, accessoirement sa sœur, Amsatou Sow Sidibé. Il y a aussi les deux élus dont personne n’est de Dagana.

En face, en dehors des mêmes remarques internes que précédemment à Podor, Il y a l’indéracinable ministre d’État Omar Sarr, élu sans l’appui d’un appareil d’État ou d’une formation au pouvoir. Ceux de la majorité de gaussent devant le score du maire de Dagana qui rétrécit comme peau de chagrin sur le département ; qu’importe : Omar Sarr reste maire (106.409 électeurs à faire signer et 131.150 électeurs pour Saint-Louis). Transposez les mêmes remarques à travers les grands territoires, les régions, départements et commune pour comprendre le vague à l’âme des sergents recruteurs de la majorité.

En France, le Parti socialiste et l’Alliance pour la République ont approfondi la crise politique  en liquidant leurs ténors en 2018.

En janvier, après les 65 responsables et militants locaux, il y a eu la bande des sept responsables, dont Doro Sy.

 Au niveau de l’Apr, les récentes mises en garde de la responsable locale font suite au chamboulement noté dans la composition de la Direction des Sénégalais de l’Etranger (Dse) noté en avril, avec la visite du président Macky Sall.

La promesse de deux millions de signataires en faveur du président sortant semble ainsi difficile à atteindre, de l’aveu d’un haut cadre du gouvernement sénégalais, polytechnicien émérite, plus proche de la logique scientifique que de la bravade politique.

2-Double Signature

Double Peine

Le timbre de
la poste fera foi

La loi punit tout signataire qui se sera aventuré à jouer au plus fin en apposant sa signature sur deux dossiers de candidature différents ; les sources du ministère de l’Intérieur ne précisent cependant pas qu’au moins une des signatures est acceptée : celle sur le premier dossier déposé à la fin de la période de collecte. Ceci n’est pas conforme au droit positif : la punition ne devrait être recevable que parce que le corps du délit est exposé comme preuve et s’annule de facto : accepter une signature pour un candidat qui aura déposé avant un second bénéficiant du même procédé est une injure au droit ; l’annulation devrait être prononcée à l’encontre des deux bénéficiaires pour une action punie par la loi, devant un immense doute : le parrain a-t-il signé le dossier déposé en premier ou pas ? Comment résoudre cette énorme équation en droit ?

Pathé MBODJE, M. Sc, 
Journaliste, sociologue