Home»A la une»Pour Cherif Younouss Aïdara et Baghère (Par Mamadou Lamine BA)

Pour Cherif Younouss Aïdara et Baghère (Par Mamadou Lamine BA)

0
Shares
Pinterest Google+

Les petits-enfants de Cherif Younouss jugent les actions de l’état envers Baghère trop insignifiantes par rapport à ce qu’il représente et par rapport aux apports de leur grand-père pour le Sénégal et la sous-région. Ils déplorent l’inaction et la non-assistance à Baghère. Mais ils ne le diront jamais en public. Ce n’est de leur habitude.

La grande mosquée est à reconstruire. Elle date de longtemps et est à un état de délabrement avancé. Des sites d’accueils sont à construire pour accueillir les fidèles qui fréquentent la Cité en temps ordinaire comme en temps de grande mobilisation comme le Gammou. La route Baghère-Sandiniery doit être goudronnée, entre autres doléances.

Ils ne vont jamais marcher pour les réclamer. Ils ne vont jamais faire chanter l’autorité politique. Ils ne vont jamais engager des jeunes pour s’attaquer à un bien public et se faire entendre. Ils ne vont jamais squatter les salons de cabinets ministériels ni frapper ou se bousculer aux portes du palais présidentiel pour demander quoi que ce soit.

Moi qui suis né et ai grandi avec certains d’entre eux, je suis bien placé pour le savoir. Leur éducation de base, leur respect à l’humain, leur réserve, leur mesure et leur pudeur spirituelle les interdisent d’adopter un comportement qui porterait préjudice à l’image de Cherif Younouss et à son grand-père Mouhammad (saws).

La famille remet cause l’équilibre du gouvernement entre les cités ou familles religieuses au Sénégal. Elle déplore surtout la « marginalisation » de Baghère dans les médias sénégalais notamment les médias publics. Certains regrettent que les médias « limitent » la portée de l’Islam entre Sénoba et le reste du nord du Sénégal.

C’est pour tout ça que moi, natif de la zone (Bakidioto est à 400 m de Baghère) et responsable de l’APR dans la Commune ; je plaide pour la famille du vénéré Cherif Younouss Aïdara pour demander au Gouvernement de jeter un regard sur ce village spirituel parce que Baghère mérite tout ce que les autres cités religieuses ont obtenu de la part du gouvernement.

Aujourd’hui, les petits-enfants se sont réunis autour du « Diwan Cherif Younouss » pour prendre en charge certaines urgences. Ils se cotisent pour le Gammou et pour satisfaire d’autres besoins urgents et latents. Par ces lignes, j’invite toutes les bonnes volontés désireuses de faire quelque chose pour Cherif de s’approcher de ce « diwan ».

Cherif Younouss n’a pas fondé Baghère mais le village lui doit son aura d’hier, d’aujourd’hui et certainement de demain. Il a donné ses filles en mariage à Sibicouroto, à Binako et dans le Pakao. Des conflits ont été éteints grâce à ses liens matrimoniaux. Il a propagé l’Islam et a ouvert des écoles d’apprentissage du Qur’aan dans la région.

Il a tissé des relations avec Tivaouane et Touba. Les bonnes relations entretenues avec Seyyid Al Hadj Malick font que ce sont des adeptes de Maodo qui animent le Gammou annuel de Baghère. Il m’a été conté que Serigne Touba a dit ceci en son époque : « celui qui se rend en Casamance sans passer à Baghère, n’est pas encore arrivé en Casamance ».

 

Mamadou Lamine BA

Responsable de l’APR dans la Commune de Baghère

Tel :77 548 40 88 / 76 611 39 40

Email : ballamine@gmail.com