Home»A la une»Pour sécher les larmes de Khalifa…

Pour sécher les larmes de Khalifa…

3
Shares
Pinterest Google+

Arrêté, emprisonné, condamné, révoqué, Khalifa Sall est à fond dans une passe difficile. Le pouvoir qui est à l’origine de sa déconvenue, suit une logique clairement identifiée. Il fera tout pour que le désormais ex-Maire de Dakar boive le calice jusqu’à la lie en réduisant à sa plus simple expression un opposant confortablement assis sur son fauteuil d’édile de la capitale en dépit des vaines tentatives démocratiques pour le vaincre.
Ses partisans ont beau dénoncer à juste raison, une  double vitesse d’une justice appliquée avec parcimonie, les choses n’ont pas bougé en leur faveur. Les manifestations et autres actes spectaculaires n’ont pas eu les effets escomptés.
Même son élection comme député -une stratégie bien pensée- n’a pu arrêter la machine destructrice.
La contre-offensive judiciaire sera sans suite…favorable. Inutile d’espérer quelque chose d’une cour de  cassation qui ne pourrait guère se singulariser dans un système qui suit un chemin bien indiqué.

Khalifa Sall est out pour 2019. Que ses partisans et autres sympathisants se le tiennent pour dit. Leur pouvoir n’a pas pu arrêter le pouvoir. Celui-ci impitoyable, continue de frapper au coeur du dispositif du « grand Maire ». L’attitude de Banda Diop maire « Khalifiste » de la Patte d’Oie, est un coup symbolique contre ce qui reste de la dynamique autour de Sall.
Son réalisme est certes sans pudeur, mais il illustre froidement un constat d’échec. Bamba Fall s’est discrédité dans ses calculs. Barthelemy Diaz, victime de sa rage, a été une proie facile. D’autres fidèles risquent de lever le drapeau blanc à l’usure. Le peuple observe non sans passivité.
Que faire maintenant?  Continuer d’y croire en cherchant des parrains pour un candidat très peu probable, serait une perte de temps et de talents.

Choisir dès lors un candidat susceptible de faire mal à Macky et « sécher les larmes » serait plus indiqué. Et les options ne manquent pas…

Mam Gor Ngom