Home»A la une»Pour YEM : Kaliss bougùl thiow…

Pour YEM : Kaliss bougùl thiow…

3
Shares
Pinterest Google+

Il y a de fortes chances que la médiation entamée par la Société civile réussisse. L’Ong lead Africa « reprendra » son agrément. Y en a marre continuera de bénéficier de « ses » sous. Et tout rentrera dans l’ordre.

Le pouvoir aura montré une certaine frilosité et peu d’élégance mais il a réussi une chose non négligeable. C’est à dire, montrer aux nombreux Sénégalais  sous le charme du mouvement contestataire,  que ces jeunes au port vestimentaire  désinvolte, à la simplicité décapante, ont les moyens de leur témérité, contrairement à l’armée de désœuvrés qui animent les rues.

C’est vrai qu’il est plus facile de s’engager, de marcher, de dénoncer si on a pas des soucis d’argent. Si on n’est pas    traumatisé par le  dîner ou le  petit déjeuner du lendemain. La vie n’est que perception.

Nous serons nombreux à regarder Y en a marre d’un autre œil.  Sous un autre angle. Nous si naïfs,  qui croyions que ces jeunes pas si jeunes que ça, se nourrissent seulement d’eau fraîche, de patriotisme et d’engagement.

Rien ne sera plus comme avant pour eux, car, ils seront rangés au même pied que certaines Ong qui s’engagent à apporter la bonne parole et le bien-vivre, alors que leurs dirigeants pensent en premier à leurs panses, leurs poches et leurs proches.

Une autre paire de manche pour Fadel Barro et Cie. Il faudra bien qu’ils trouvent les ressources nécessaires pour gérer l’après-crise sans y laisser beaucoup d’ailes pour pouvoir prendre un nouvel élan.
« Kaliss bougùl thiow » (l’argent n’aime pas le bruit), pour reprendre une expression très prisée par les Peuls du Baol et ailleurs.