Home»A la une»Présidentielle : JAMRA invite les candidats à dénoncer tout appel au vote confrérique ou ethnique!

Présidentielle : JAMRA invite les candidats à dénoncer tout appel au vote confrérique ou ethnique!

0
Shares
Pinterest Google+

Sacrifiant à une tradition à laquelle le défunt fondateur de JAMRA, Abdou Latif Guéye, n’a jamais dérogé, l’Organisation islamique JAMRA et l’Observatoire de veille et de défense des valeurs culturelles et religieuses, MBAÑ GACCE, s’en remettent, à nouveau, en cette délicate «veillée d’arme» électorale, à la sagesse du vaillant peuple sénégalais, dont le légendaire esprit d’ouverture et de tolérance est régulièrement cité en exemple, au-delà même de nos frontières.

Le parcours historique de notre pays dans sa conquête des valeurs universelles de démocratie et de libertés publiques n’est certes pas rectiligne – la perfection n’étant pas de ce monde – mais le Sénégal peut toujours se targuer d’avoir très tôt joué un rôle pionnier dans la marche libératrice des peuples du continent noir-africain, depuis l’institution d’une saine émulation politique multipartisane, à la faveur de «l’ouverture démocratique» de l’ère senghorienne, en 1974. Limitée certes, dans un premier temps, à quatre courants (socialiste, libéral, marxiste, républicain), cette bouffée d’air démocratique devait rapidement connaître un salutaire approfondissement, avec l’avènement du Président Abdou Diouf qui instaura, dès sa prise de fonction en 1981, «un multipartisme illimité», assorti d’un pluralisme syndical et enrichi par une floraison d’organes de presse. Des initiatives hardies qui auront eu un effet boule-de-neige sur le continent, dont la majorité des pays n’ont pas tardé à nous emboîter le pas. Il n’est dès lors pas surprenant que les grands rendez-vous électoraux sénégalais soient, depuis l’étranger, surveillés comme du lait sur le feu. Et que notre vaillant peuple soit de plus en plus acquis à l’idée qu’une démocratie majeure, qui a acquis ses lettres de noblesse au prix de mille sacrifices, n’a plus droit à l’erreur.

JAMRA et MBAÑ GACCE, après avoir déploré les regrettables incidents survenus à Tambacounda, le lundi 11 février dernier, et s’être inclinés pieusement devant la mémoire des deux jeunes victimes, en appelle instamment à la responsabilité des élites politiques en compétition pour qu’elles daignent exhorter leurs partisans à la mesure, afin qu’au terme de cette dernière ligne droite, qui nous sépare du jour fatidique du 24 février 2019, notre pays puisse en sortir résolument grandi. Que l’on bannisse donc toute insinuation au vote régionaliste, ethnique voire confrérique. Gardons présent à l’esprit que les Sénégalais sont avant tout des frères, animés, sous l’inspiration de leurs vaillants aïeux, d’une commune volonté de vie commune. N’oublions pas que la vie du Sénégal ne s’arrête pas le 24 février 2019. Veillons donc tous à ce que la volonté du peuple sénégalais, qui aura librement choisi parmi les cinq prétendants à la Magistrature suprême, celui qui conduira sa destinée pour les cinq années avenir, soit rigoureusement respectée. Que celui que les électeurs sénégalais auront investi de leur confiance veuille, dès à présent, renoncer à toutes formes de représailles ou de chasse-aux-sorcières, qui auront embrasés et ensanglantés nombre de pays africains, dès les premiers balbutiements de leur expérience démocratique, durablement compromise. Que celui qui sera plébiscité par le Peuple Souverain sache qu’il est, de facto et de juré, devenu le «Président de tous les Sénégalais», et non celui d’un clan, d’une ethnie, d’une confession religieuse, d’une région. Qu’il daigne, dès sa prise de fonction même, s’inscrire sans fioritures dans une dynamique de réconciliation des cœurs et des esprits, en tendant une main fraternelle à ses protagonistes d’un jour, pour sauvegarder l’unité nationale de ce Sénégal, qui nous appartient à tous et que nous devons construire ensemble!

JAMRA et MBAÑ GACCE adressent leurs chaleureuses félicitations aux 5000 observateurs internationaux, provenant des 15 États de la Cedeao, et de 21 pays de l’Union Européenne. Sans oublier les 1000 (mille) volontaires mobilisés par l’Église catholique sénégalaise, sous l’égide de sa «Commission épiscopale Justice et Paix», appuyée par le dynamique Mouvement national des Scouts, pour contribuer à la mission d’observation électorale. JAMRA réitère ses encouragements fraternels aux responsables de l’Église sénégalaise qui, pour sa quatrième opération du genre, va déployer son millier d’observateurs, issus de sept (7) diocèses, sur tout le territoire national, pour contribuer à la tenue d’une élection paisible et transparente. Au profit d’un Sénégal de Paix, réconcilié avec lui-même.

Que Dieu veille sur notre cher Pays.

Dakar, le 22 février 2019
Les Bureaux exécutifs de
JAMRA et MBAÑ GACCE