Home»A la une»Présidentielle : La Ld dit non à la violence (Déclaration)

Présidentielle : La Ld dit non à la violence (Déclaration)

1
Shares
Pinterest Google+

«Depuis la publication de la liste des candidats à l’élection présidentielle du 24 février 2019 par le Conseil constitutionnel, certains partis de l’opposition ont entrepris de mettre en œuvre leurs  menaces de troubles à l’ordre public.

En effet, les récentes opérations de voies de fait et de dégradation de biens publics et privés notamment à Dakar participent de cette funeste stratégie de déstabilisation du pays, mûrement réfléchie par des leaders de l’opposition incapables d’élaborer une offre politique crédible.

Face à la volonté exprimée par certains responsables de l’opposition d’entraver le déroulement de la campagne électorale  de notre candidat et l’organisation du scrutin du 24 février, la Ligue Démocratique appelle le gouvernement à assumer la plénitude de ses responsabilités afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes, partout sur le territoire national.  De même, elle engage l’ensemble des forces et personnalités éprises de paix  à s’opposer vigoureusement à toute tentative de déstabilisation du pays. Il est  inadmissible en effet qu’une minorité d’acteurs qui tentent vainement à se faire peur,  décident, au nom de ses intérêts égoïstes, d’empêcher le cours normal du processus électoral.

La Ligue Démocratique, qui reste attachée à la liberté d’expression et au droit de manifestation, s’oppose par principe à tout recours à la violence et condamne fermement tous les leaders de partis qui appellent au soulèvement et tous les auteurs de  la dégradation des  biens publics et des propriétés individuelles.

Elle rappelle aux différents acteurs que l’exercice de la violence ne peut aucunement tenir lieu de moyen efficace de résolution des conflits politiques.

C’est pourquoi, la Ligue Démocratique appelle, d’une part, les partis politiques de l’opposition à la retenue et à éviter toute attitude irresponsable dont les conséquences pourraient être désastreuses pour la stabilité du pays  et, d’autre part, l’Etat, qui a le monopole de la violence légitime, à ne ménager aucun effort  pour la tenue de l’élection présidentielle à date échue, en toute transparence et en toute quiétude».

Dakar, le 23 janvier 2019

Pour le SEP de la Ligue Démocratique

Moussa SARR, Secrétaire général adjoint chargé des relations extérieures

Porte parole du parti