Home»Contributions»Propos de mercredi : La « pré-victoire » de Mackabila

Propos de mercredi : La « pré-victoire » de Mackabila

2
Shares
Pinterest Google+

Le Général Lamine Cissé est encore au front des transitions démocratiques en Afrique. J’ai eu l’avantage de participer il y a quelques jours, à Dakar, à un symposium sur ce thème organisé sous son égide. Paradoxalement, l’œuvre qu’il a accomplie en tant qu’organisateur des élections de l’an 2000 semble ignorée. Bien à tort.
Devant les polémiques portant à l’époque sur les cartes dites « israéliennes », le Général avait mis tout le monde d’accord en publiant le fichier sur internet.
Cette publicité du fichier est restée un acquis pendant 12 ans, jusqu’aux législatives de 2012. Il a fallu l’avènement du président Sall pour que cette garantie de clarté soit retirée. Au référendum de 2016 comme aux législatives de 2017, le fichier a été au cœur de toutes les pratiques frauduleuses.
C’est sur la manipulation du fichier, et elle seule, que Mackabila compte pour « gagner » une présidentielle qu’il a déjà avoué avoir perdu en affirmant devant ses militants parisiens reçus en audience à Dakar : « il me faudra 2 500 000 voix pour passer au premier tour, soit presque un million de voix supplémentaires par rapport aux législatives, ce qui ne sera pas facile ».
Cet aveu privé, apparemment enregistré et publié à son insu par ses amis, est plus crédible que ce sondage ésotérique qui lui donnerait 53% des voix… au second tour.
La gestion secrète du fichier est le principal outil du complot ourdi autour du parrainage. Les premiers dégâts de cette invention déloyale sont apparus avec le véritable appel d’air qu’a constitué la désignation des coordinateurs de pré-candidats. Cent pré-candidats officiels se sont fait inscrire, prouvant ainsi tout le ridicule de cette innovation douteuse.
La gestion secrète du fichier est censée engendrer une « pré-victoire », avant le premier tour, de Mackabila qui va s’autoproclamer « parrainé » par 2 500 000 signataires. Sauf que, la direction des élections venant d’avouer l’impossibilité technique de vérifier la sincérité des signatures, ces signataires seront aussi fictifs que le million et demi de tonnes d’arachides déclarées l’année dernière alors que la pénurie de foin décime le bétail en ce moment.
Mais ce n’est pas un tel « détail » qui arrêtera un Mackabila affolé, chaque jour un peu plus, par la « difficulté » de mener à bien son idée fixe : « gagner » en étant minoritaire.
En attendant, les forces démocratiques ont engagé la résistance. Mais la détermination de leurs seuls militants et sympathisants suffira-t-elle ? Il faudra que la « majorité silencieuse », qui attend patiemment le jour J, comprenne qu’elle va vers un rendez-vous truqué. Et que c’est ici et maintenant qu’il convient d’agir.
Comme ce fut le cas en 2000 avec la marche historique du 2 février sur la Place Washington, quand des milliers de citoyens mobilisés ont arraché à Diouf l’audit du fichier électoral. Et donné un sens à leur droit de vote.

29/08/18
Mamadou Bamba NDIAYE
Ancien député
Secrétaire général du Mps/Selal