Home»Contributions»Propos de mercredi : Le « ndigal » de Thierno Souleymane Bâl

Propos de mercredi : Le « ndigal » de Thierno Souleymane Bâl

0
Shares
Pinterest Google+
«Tout a déjà été discuté et décidé, le Code électoral et tout le reste. Mais discutons quand même car il est bon de discuter entre pouvoir et opposition ». Ces mots du président Sall, prononcés à la Grande mosquée de Dakar, le jour de la Tabaski, donnent le tournis tant il est difficile de les inscrire dans une logique connue. Si tout est déjà discuté, de quoi devrait-on encore discuter ?
Il faut s’abstenir de tout raisonnement logique pour comprendre que cette déclaration est encadrée par une logique acrobatique. Un pas en avant, un pas en arrière, contorsions et sauts de cabri. La posture de l’acrobate est imposée au président par la force des pressions contradictoires qui s’exercent sur lui. Et peut-être se neutralisent en lui.
Un président pris entre deux feux. Les « boko-haram » de son entourage lui flattent l’encolure et l’encouragent à aller au combat, les yeux fermés, avec une idée fixe : un deuxième mandat au premier tour. Quant à ses amis restés lucides, ils l’invitent à faire des concessions pour éviter la forte résistance dont la participation populaire grandissante aux marches de l’opposition donne déjà une idée.
Dans l’incapacité de prendre une décision et de fixer un cap, l’acrobatie discursive permet au président marron de contenter les deux camps en utilisant ensemble les éléments de langage fournis par chacun. Le problème est que ce langage est alors vide de sens puisque un moins un égalent toujours zéro.
Une fois les pressions neutralisées en lui, l’acrobate se fige dans le zéro du statu quo. Le statu quo, ici, c’est ce qui est « déjà discuté et décidé ». C’est l’illégalité de l’exclusion des candidatures de Karim Wade et Khalifa Sall. C’est le parrainage inapplicable et porteur de dysfonctionnements graves et de discrédit du processus électoral. C’est le secret suspect qui entoure le fichier des électeurs et la liste des centres et lieux de vote. C’est la confusion volontaire sur les droit de vote des jeunes primo-inscrits.
Le statu quo, c’est aussi le silence sur l’assistance immédiate et massive en vivres de soudure et aliments de bétail, que réclame un monde rural en détresse du fait du retard des pluies.
Figé dans l’indécision, l’acrobate n’a plus que le choix de s’entêter dans une posture qu’il sait pourtant périlleuse. Et c’est tout ce qu’il fera.
La bonne nouvelle est qu’en ce jour saint de la Tabaski, Thierno Souleymane Bâl s’est invité dans la déclaration du président Sall. Une façon certainement d’indiquer aux démocrates le seul chemin qui leur reste, celui de la résistance organisée et intraitable. Résistance inspirée par l’éternel « ndigal » du Torodo, une recommandation datant de presque trois siècles mais paraissant adressée aux Sénégalais de 2018 :
« Détrônez tout chef dont vous voyez la fortune s’accroître et confisquez l’ensemble de ses biens ! Combattez-le et expulsez-le s’il s’entête ! »
Il s’entête.
22/08/18
Mamadou Bamba NDIAYE
Ancien député
Secrétaire général du Mps/Selal