Home»Economie»Salif Badji : «L’Etat doit apporter plus de soutien à l’Adpme»

Salif Badji : «L’Etat doit apporter plus de soutien à l’Adpme»

0
Shares
Pinterest Google+

L’ Agence de développement et d’encadrement des petites et moyennes entreprises (Adpme) mérite que l’on s’y attarde en raison de l’« importantissime » rôle qu’elle joue dans l’accompagnement des porteurs d’idée ou des dirigeants de PME tout au long de la vie de leur entreprise ou dans la création ou la reprise d’une activité, la croissance ou la restructuration d’entreprise.

A ce propos, Salif Badji, responsable politique demande un soutien de l’Etat pour cette structure «toujours au service des populations», avec des résultats « inégalés ». Car, de feu léopold Sédar Senghor à Abdoulaye Wade, en passant par Abdou Diouf, aucune agence n’a été première en la matière au niveau de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao).

Et pour ça, note le responsable au sein de la coalition Benno bokk yakaar, «l’Adpme doit être plus soutenue pour plus de résultats car elle peut faire davantage que les excellents résultats qu’elle enregistre maintenant».

Selon lui, l’agence sénégalaise a eu un score global moyen de 56,51%, se positionnant au 18e rang sur les 63 agences similaires sélectionnées dans le monde. A l’échelle continentale, l’établissement dirigé par Idrissa Diabira se situe au 3e rang sur les 25 agences africaines participantes, souligne M. Badji, notant que dans le classement, le centre du commerce international s’est basé sur un modèle d’analyse comparative sur 4 domaines essentiels tels que le leadership, orientation, la stratégique,  les ressources et processus produits, les services (…)

Salif Badji salue la discrétion très efficace du directeur de l’Adepme. «On ne l’attend pas faire du bruit et pourtant ; dans sa discrétion, il fait un excellent travail avec des résultats palpables», a-t-il relevé.