Home»A la une»Samba Ndiobène KA : Portrait du nouveau ministre de l’Elevage et des Productions animales

Samba Ndiobène KA : Portrait du nouveau ministre de l’Elevage et des Productions animales

0
Shares
Pinterest Google+

Né le 03 juin 1979 à Boulal, dans le département de Linguère, Samba Ndiobène KA est un ingénieur agronome spécialisé en économie rurale. 

Après ses études à l’école primaire de Boulal, commune située dans le département de Linguère, il est orienté au collège d’enseignement moyen de Dahra. Le brevet de fin d’études moyennes en poche, le fils de Kelly Sadio, ancien président du conseil rural de Boulal et par ailleurs président de l’association des éleveurs du département de Linguère, est orienté au lycée Malick Sall de Louga.  Le baccalauréat en série S2 en poche, SNK  réussit dans la foulée  le concours de de l’École nationale supérieure d’Agriculture (ENSA) de Thiès.

Le petit berger peul dépose ses valises en France où il effectue une formation pratique à Grenoble en France.

Dès sa sortie à l’ENSA, il devient assistant-moniteur au sein de ladite école en 2007.

En 2008, il se lance dans la production et ouvre son cabinet dans le domaine de l’agro-business (Agriculture et Elevage) au Sénégal et dans la sous-région jusqu’à sa rencontre avec Malick Sall, le paria du premier régime libéral.

Nous sommes aux temps des vaches maigres bien avant 2012 plus précisément en 2009. Avec une poignée de compagnons, il positionne l’APR sur l’échiquier politique à Dahra et peu à peu au Djolof. Cet engagement lui a valu une nomination à la tête de la toute nouvelle Direction de la modernisation de l’équipement rural (DMER) qu’il met sur pied à l’âge de 33 ans.

La valeur d’un homme n’attend point le nombre des années, Samba Ndiobène Ka a gravi très rapidement les échelons.

Étant toujours sur le terrain politique pour massifier le parti, il est nommé directeur général de la SAED en juillet  2017.

Selon un travailleur de la SAED qui a préféré garder l’anonymat, SNK a réussi à assurer un management rénovateur de la structure SAED en faisant montre de ses talents d’homme de terrain en alliant gestion administrative et visites fréquentes des principaux sites autour de la vallée du fleuve Sénégal.

Avec sa nomination à la tête du département de l’Elevage, beaucoup d’observateurs du terroir pensent qu’il est en terrain connu. Consécration ou sacerdoce, les éleveurs attendent impatiemment la réhabilitation du centre de recherche zootechnique (CRZ) de Dahra qui est en état de délabrement très avancé, l’éradication du vol de bétail et la baisse de l’aliment de bétail entre autres.

Pour l’heure, un des premiers chantiers, il devra trouver un remède de…cheval à l’épidémie de grippe équine en train de se propager dans la sous-région ouest africaine et au Sénégal. Immédiatement. Qui a dit une gouvernance sous le signe du fast track.