Home»Société»Talibés enchaînés à Ndiagne : Les maîtres coraniques exigent la libération de Serigne Cheikhouna Gueye

Talibés enchaînés à Ndiagne : Les maîtres coraniques exigent la libération de Serigne Cheikhouna Gueye

0
Shares
Pinterest Google+

Suite au placement sous mandat de dépôt du maitre coranique  Serigne Cheikhouna Gueye et des parents des talibés qui vont etre jugés aujourd’hui(mercredi 27 novembre 2019),la commune de Ndiaye qui est devenue tristement célèbre à cause des pratiques esclavagistes sur des talibés, a reçu la visite  d’une mission venue du ministère de la Femme de la famille du genre et de la protection de l’enfant pour  s’enquérir de l’état des enfants qui ont été victimes de maltraitance Selon Niokhobaye Diouf « l’objectif de cette visite consiste à  apporter une assistance psychosociale mais également voir l’état de leur santé et aussi discuter avec leurs tuteurs ,les sensibiliser dans le sens d’un meilleur respect des droits de l’enfant ». Très optimiste quant au traitement des enfants, l’hôte du jour flanqué de plusieurs autorités a estimé que «  c’est une erreur de comportement d’autant plus que les personnes qui ont eu à faire ces faits ne l’ont pas fait dans l’intention  de nuire aux enfants mais c’est un modèle d’éducation qu’ils connaissent, qu’ils ont vécu  et qu’ils étaient entrain de perpétuer  sans connaitre qu’il y’avait aujourd’hui des lois qui interdisaient ce genre de pratique. » Pour le directeur de la promotion des droits et de la protection des enfants, «  c’est une question de sensibilisation dés l’instant qu’ils  ont évoqué la nécessité de moderniser les «  daaras » et cela nous a encouragé que dans le sens de la compréhension » .

L’association des maitres coraniques qui regroupe 11 serigne « daaras » a mis à nu les préoccupations de leurs structures qui selon eux « baignent dans un océan de difficultés ».

A en croire le président de l’association des maitres coraniques Serigne Mor Diagne 1’Etat gagnerait à mettre les enfants dans de bonnes conditions d’étude en leur construisant des classes et leur doter des denrée alimentaires des matériels didactiques et des produits d’hygéne et de santé  .Mieux dit –il « les « serigne daaras » doivent être motivés car ils dispensent des cours gratuitement à des mômes qui ont le droit à l’éducation. » Mais malheureusement renchérit-il « seules les difficultés des enfants sont visibles mais celles  des maitres coraniques sont foulés au pied par l’Etat. »

Pour rappel, les prévenus ont été appréhendés dimanche par le commandant de la brigade de gendarmerie de Coki et ses éléments suite à une dénonciation anonyme.

Sensite