Home»A la une»Thione Ballago Seck : Un messager en musique dans le texte

Thione Ballago Seck : Un messager en musique dans le texte

0
Shares
Pinterest Google+

Maintenant, la terre nourricière enveloppe d’un manteau de lumière la dépouille de l’artiste. Maintenant, le silence l’emporte un moment sur le brio porté en écho aux quatre coins du monde. Maintenant, les témoins des grands faits de voix sont aphones devant le destin d’un crooner couché face à l’immensité.
Maintenant, belle consolation, le caveau libère le livre de la vie de Ballago. Des pages superbes d’une voix qui a su tracer sa voie dans la grande marche vers l’immortalité. Entre la vie et la mort, l’art choisit d’exister par-dessus les temps. Et Ballago survit à sa propre mort en restant debout dans la mémoire de son peuple. Le peuple de la musique, chez lui, c’est le peuple du verbe transformateur voire rédempteur. Ce peuple qui goûte les paroles délicieuses du penseur du micro, c’est plus que le peuple de fans chanté dans «Yène», le tube dédié à ses fans. Le pouvoir apaisant de son verbe a créé autour de son œuvre un large cordon d’affection au point qu’il ne s’adressait plus simplement à ses fans, mais à tous ses contemporains et, à travers eux, à la postérité. Il nomme ceux qui savent écouter la parole éducative avec les oreilles du cœur. La tombe est une porte vers l’éternité pour ce messager si romantique et réaliste à la fois. Ses textes s’inscrivent dans l’infini temps grâce à leur contenu indémodable.

BALLAGO, LE CODE DE LA VIE – De l’orchestra Baobab, les gousses des prémices laissent éclore une belle promesse de star. Puis, il pérégrine dans ses racines avec un ensemble traditionnel. La vie ayant des codes au même titre que la circulation, il rappelle la discipline du routier («Chauffeur bi»), la respectabilité et l’exemplarité du chef de famille («Borom Keur»). Puis, il se fraye un chemin en solo avec le Raam Daan. La synthèse de cette nouvelle trajectoire musicale s’appelle « Ballago ». Un ensemble de maximes rythmé par l’invitation au courage et à la persévérance. De la bonne graine, au début des années 80 avec, par exemple, la foi inébranlable du paysan qui enfouit sa semence dans l’espoir d’une pluie fécondante. Cette foi porte l’élan de «Ballago» invité à croire en son étoile. Le triomphe est possible, pas à pas, conformément à l’appellation du nouveau groupe musical, le «Raam Daan». Thione Seck a foi. Il n’espère pas midi au petit matin. Jeune, il sait déjà que les cheveux gris sont annonciateurs de la mort dans une superbe métaphore de la fleur laissant éclore la mort et qu’aussi fatale que soit la fin de vie, elle est gage de foi, même pour les plus sages en âge.

LES CHEMINS VERS L’ABSOLU – Le séjour des mortels sur terre a ses surprises désagréables car, quelquefois, l’hypocrisie de l’entourage familial est une plaie qui évolue jusqu’à la gangrène de la lutte à mort («Ballago»). Une vérité qui prend le contrepied de nombre d’idées reçues. Pourtant, il fait l’éloge de la fraternité dans le foyer polygame («Doomou baye»). Vivre, selon lui, c’est une générosité en partage. La vie n’est pas un terme. Elle est une escale sur les chemins de l’Absolu. Elle n’est rien du tout, mais elle est tout. « Rien du tout » parce que rien ne vaut de porter le poids des petites et grandes misères d’une réalité changeante souvent dans le mauvais sens («Mbarodi»). «Tout» parce que cette escale permet de construire un patrimoine spirituel qui sert de viatique dans le voyage vers l’Au-delà. L’homme y décroche des parchemins utiles : maîtrise d’homme de coeur, licence de croyant et de bonté («Sakh yi»). A ceux qui croient mordicus qu’il n’y a pas une vie au-delà de cette vie au point d’envoûter leur prochain, il rappelle la vanité des joies et postures de ce bas-monde («Dieuleul»). Dans cette quête spirituelle, il y a une parenthèse romantique aux accents conservateurs sur le rôle de l’aimante («Diabar sama», «Diongoma»). Le séducteur en chanson se lance dans le chuchotis lyrique («Yow» et «Kaye fonema») ou dans la complainte de l’amour esseulé («Yeureumko»). Le père de famille et l’époux compose un hymne intemporel à sa «Diaga», amie, mère, compagne et inspiratrice en philosophie de vie en toute spiritualité.

LES PERLES DE SAGESSE – Presque vingt ans après «Ballago», le parolier annonce le retour de son viatique avec «Ballago Wayatina». Les perles de sagesse sont égrenées : le pouvoir du nom d’Allah surclasse les pratiques occultes, les prières des parents sont de parfaits compagnons de route et le travail affranchit du besoin. Ce tour de chant réalisé, il remet au goût du jour sa tirade moralisatrice contre les commérages, les procès d’intention et l’hypocrisie («Siiw»). Mieux, tout est relatif dans la vie car ce qui réussit à l’un peut desservir l’autre. La société du paraître consacre les railleries contre une notabilité qui, subitement, tombe dans le dénuement. Il faut s’armer de courage pour la vie comme une monture à ménager pour aller le plus loin («Mommy»). Dans le baluchon de ce voyageur au long cours, sont jalousement gardés l’affection affichée des grands parents dans les moments de solitude («Maam») et le modèle d’engagement pour la famille (« Papa » ou l’hymne à l’amitié «Mathiou» qui comporte un clin d’œil à la mère). Entre les deux modèles, l’éducation construit la passerelle entre les générations à condition de faire le pari de l’avenir en se formant rigoureusement («Khalel»). Il n’hésite pas à administrer une piqûre de rappel («Boul doff» et «Allô Petit»).

POUVOIR LIBERATEUR DU VERBE – La vie est lutte. Il célèbre le combat de Nelson et Winnie Mandela dans une Afrique du Sud ségrégationniste où la couleur prédispose aux brimades voire à la misère physique et morale («Kharé bi»). L’avoir ne corrompt pas l’être dans son texte. La richesse arrive même lorsqu’on la tire avec du coton brut. Elle s’éloigne même lorsqu’on essaie de la retenir avec les amarres d’un navire. Le messager en musique perçoit les valeurs comme une entreprise : la bonté étant le trésor de Dieu et le mal étant le pari diabolique de Satan («Mbakh»). Les dividendes se comptent en grâces du Seigneur sur ses créatures dévouées. Le bien est une lumière sur la route du Ciel. C’est le pouvoir libérateur du verbe, une émanation du divin qui mène également au divin. Ce n’est pas un conte comme la vie éphémère qu’il décrit dans une de ses chansons traditionnelles dédiées à sa propre gloire et à son voyage dans l’au-delà. Il est parti. Il reste avec nous, par la force du pouvoir de l’écriture. La magie du verbe vainc le temps et ses griffures.
Habib Demba Fall