Home»Senface»VERTU ORPHELINE (Par Serigne Adama Boye)

VERTU ORPHELINE (Par Serigne Adama Boye)

1
Shares
Pinterest Google+
« Un seul vous manque et tout est dépeuplé. » Lamartine, L’isolement, 1820. Chiffres pour chiffres : 2018, l’isolement moral au Sénégal. La Vertu esseulée avec le Maestro Bruno Diatta disparu. Un sens singulier du bon usage et des bonnes manières parti à jamais.
La disparition du ministre Bruno DIATTA, ci-devant Chef du protocole d’État, passe comme une tragédie nationale. Ce douloureux évènement nous aura rendus bien tristes. Une perte énorme pour  l’État républicain, démocratique et social du Sénégal, et la nation entière. Pas seulement à Fann-Résidence, Sindôné et Kabrousse ou sur l’Avenue SENGHOR.
Un éveil des consciences nous a saisis depuis la fin de la présence de l’homme de valeurs que fut Bruno DIATTA. C’est ce que nous sommes subitement devenus conscients de nos limites et travers.
En effet, nous avons pris conscience –et, je l’espère vivement pour le peuple sénégalais, que nous sommes tragiquement laissés orphelins du SILENCE avec son pesant d’or, de la DISCRÉTION avec son riche éclat, et de L’HUMILITÉ avec son puissant levier d’élévation morale et spirituelle. Toutes choses précieuses pour faire de la Vertu la première ressource du pays.
Pour sa part, l’ancien proche collaborateur des quatre présidents de la République que nous avons connus est mort comme le commun des mortels. A la différence de ce dernier, feu Bruno DIATTA a semblé n’avoir pas eu le tort, comme nous autres, de porter à l’exubérance les défauts « de Sénégalais », tels la ‘langue pendue’, le torse bombé et la suffisance. Il était distingué. Sans plus.
Aujourd’hui, tout le monde aura constaté que « Bruno, parti », nous avons découvert tout au tour de nous que c’est nous mêmes qui (sur)vivons dans un cimetière. Avec de nobles valeurs ensevelies.
Oui, la Vertu orpheline. Feu Bruno DIATTA nous aura montré qu’il nous en manquait trois qualités dont il était l’incarnation parfaite. A l’étonnement général, il a su mener une vie professionnelle et familiale sereine et discrète. Dans la sobriété.
 Humble parmi nous, que la terre lui soit légère.
Que les leçons de vie qu’il nous a léguées puissent servir de réconfort moral au peuple du Sénégal.
Amen
PS : La discrétion de feu l’ambassadeur DIATTA m’a rappelé le souvenir de feu mon grand-oncle, Commandant Malick BOYE. Cet officier d’état-major est lui aussi est parti comme ça, nous laissant sur notre soif de pénétrer les Secrets d’État dont il fut le témoin privilégié au sommet. Il ne nous aura fait qu’une concession : venir partager avec lui les secrets de la Rédaction administrative.
S.A.BOYE